L'Enfant des mariniers   –  1907

Fiche générale

  • Numéro de film : 1910
  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes (8me Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes (8me Série)
  • Métrage : 205 m ; 672.4 f.
  • Code télégraphique : Crampe

RÉSUMÉ

Par une lettre adressée à une amie par sa femme, oubliée par cette amie et retrouvée par lui dans sa chambre, un mari se persuade que sa femme est coupable et que son enfant est le produit de l’adultère. Ce mari-là n’a pas la philosophie souriante et, de suite, il imagine une horrible vengeance. Il prend son fils dans son berceau, l’emporte et l’abandonne sur une péniche sur les bords du canal. À la pauvre mère, épouse suspectée mais sainte, il annonce son forfait et, malgré ses supplications et ses larmes, l’abandonne. Tant de douleurs et d’injustice troublent la raison de la malheureuse qui, après une fièvre cérébrale intense, devient folle. L’enfant a été recueilli par les propriétaires de la péniche, de braves gens qui l’aiment bientôt comme leur fils. La mère, cependant, va mieux ; du passé, elle n’a conservé qu’un souvenir : son enfant a été abandonné sur un bateau. Alors, c’est pour elle une longue pérégrination au long de tous les cours d’eau, dans l’onde desquels, elle plonge ses mains avides, com­me pour y saisir le corps du petit disparu, dont la perte a obscurci son cerveau. On l’appelle maintenant : “la folle des berges”. Mais un jour, le hasard ou la Providence la conduisent près de la péniche, sur laquelle vit son enfant, devenu un jeune et fort garçon. Des bandits, des écu­meurs de rivière, ont suivi la pauvre folle et, dans l’espoir d’un maigre butin, s’apprêtent à l’assassiner. L’enfant a deviné leurs desseins et, au moment où les misérables vont se précipiter sur sa mère, il les jette à l’eau mais il est entraîné avec eux. Il ne mourra pas, les mariniers le sauvent, la pauvre folle est montée à bord et, grâce à la layette, religieusement gardée par les sauveurs de son fils, elle le reconnaît et recouvre en même temps sa raison et son cher petiot.

En savoir plus

Sortie   : Pathé Grolée, Lyon, 8.11.1907

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896-1914, Volume 2, 1907-1909 |p 048

Date de la publication électronique :20 June 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004