L'Aumône   –  Adrien Caillard  –  1912

Fiche générale

  • Numéro de film : 9021
  • Genre : Comédie
  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Adrien Caillard
  • Scénario : Adrien Caillard

Production

  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Adrien Caillard
  • Scénario : Adrien Caillard

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie
  • Métrage : 245 m
  • Code télégraphique : Abomasum

RÉSUMÉ

Sur le bord d’une route ensoleillée, assis sur un tas de pierre, un vieux mendiant vêtu de misérables guenilles, tend aux rares passants un chapeau aux bords élimés et crasseux. Une fillette qui passe avec ses parents, dépose dans la pauvre sébile du vieillard une modeste aumône et s’éloigne. Tandis que leur fillette court d’un buisson à l’autre, cueillant des fleurs, mangeant des mûres, les parents marchent vivement, s’arrêtant de temps à autre pour contempler l’admirable paysage qui se déroule sous leurs yeux émerveillés. Tout à coup, les parents s’aperçoivent que l’enfant a disparu. En vain, ils appellent, ils ne reçoivent pour toute réponse que leurs voix renvoyées par l’écho. Affolés, ils courent à la gendarmerie faire leur déclaration. La nuit est venue. La fillette égarée erre en larmes, seule dans le grand silence de la montagne endormie. Mais voici le vieux mendiant. Reconnaissant l’enfant qui lui donna sa modeste obole, il la rassure et l’emmène dans sa misérable demeure. La petite a faim, son hôte lui offre un morceau de pain ; mais les blanches quenottes de l’enfant ne peuvent entamer le croûton par trop rassis. Pour pouvoir restaurer la petite fille, le brave homme s’introduit alors dans une ferme voisine et y dérobe deux oeufs. Le fermier le surprend et, sans écouter les explications de son voleur, il le conduit à la gendarmerie. Là, le vieux peut s’expliquer à son aise et reconnaît les parents éplorés. Il les conduit chez lui et leur rend l’enfant. Et le vieux père Gérôme, recueilli chez les parents de l’enfant retrouvée, y coule maintenant des jours heureux.

En savoir plus

Sujet dans le Bulletin Pathé n°11

Date de la publication électronique : 21 janvier 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004