La Conquête du bonheur  –  Gérard Bourgeois  –  1912

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 5330
  • Genre : Comédie dramatique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Gérard Bourgeois
  • Interprètes : Jean Worms (André Mortain)
    Berthe Bovy (Suzette Robert)
  • Scénario :Gérard Bourgeois

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Gérard Bourgeois
  • Scénario :Gérard Bourgeois
  • Interprètes :Jean Worms (André Mortain)
    Berthe Bovy (Suzette Robert)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : 770 m
  • Code télégraphique : Préfixe

RÉSUMÉ

Au début de l’action, une charmante idylle se noue entre le petit André, fils des fermiers Mortain, et Suzette, que son père, le banquier Robertt a confié, avant son départ en Amérique, en garde à ces braves gens. Suzette grandit à la ferme, auprès du petit René et leur enfance s’écoule dans la poésie des champs, en pleine nature. Ils deviennent adolescent set leur tendresse se change en amour inconscient, lorsque le retour de Robertt vient arracher Suzette à cette famille pour la transplanter dans son véritable milieu où elle s’acclimate bien vite. Mais René ne peut oublier Suzette. Une seule pensée l’obsède et la campagne est, pour lui, pleine du souvenir de l’absente. Les mois s’écoulent. Un jour, André se décide à aller à Paris où il revoit Suzette au milieu de son luxe ; il comprend qu’un abîme les sépare Et il se sauve, désespéré. Il n’entend pas, tant son chagrin le domine, une automobile dans la nuit et il roule sous les roues du lourd véhicule. On le relève, grièvement blessé. Le propriétaire de l’auto, le docteur Simon le recueille chez lui, le soigne, le guérit. Et le jeune homme qui, dans sa fièvre, a livré son secret, rencontre chez ses hôtes des alliés qui l’aideront à gravir les échelons sociaux qui le séparent de Suzette. André, en travaillant jour et nuit passe, après des années de labeur son doctorat et s’établit médecin. Une nuit, on l’appelle en hâte auprès d’une malade et le médecin reconnaît en la mourante, sa chère Suzette, que la ruine de son père a bouleversée à un tel point qu’une violente fièvre cérébrale s’est déclarée. Après des jours pleins d’angoisse, pendant lesquels le médecin emploie toute sa science à arracher à la mort sa malade, sa volonté triomphe, la fièvre tombe, Suzette est sauvée. Et André devient l’époux de celle qu’il a si chèrement conquise.

En savoir plus

Sujet dans le Bulletin Pathé n°34

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 4 au 10.10.1912

Date de la publication électronique :22 June 2010
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004