Les Chemins de la destinée  –  1913

Fiche générale

  • Numéro de film : 5633
  • Genre : Scène dramatique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Henri Etiévant
    Jacques Normand
    la petite Maria Fromet

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Interprètes :Henri Etiévant
    Jacques Normand
    la petite Maria Fromet

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 805 m dont 634 en couleurs
  • Code télégraphique : Réagir

RÉSUMÉ

Guillelmine, enfant abandonnée, a été recueillie et élevée par un vieux berger qu’elle croit son père. Un jour, surpris par un orage, le vieillard commet l’imprudence de s’abriter sous un chêne et l’arbre gigantesque atteint par la foudre, écrase en tombant le malheureux pâtre. On le ramène, mourant, au près de sa fille adoptive à laquelle il apprend dans quelles circonstances il l’a recueillie. La pauvre Guillelmine, chassée par des créanciers, quitte le pays après avoir accompagné son père adoptif à sa dernière demeure. Elle erre, à l’aventure, cherchant une place. Terrassée par la fatigue et la faim, la jeune fille s’évanouit. Des excursionnistes, la trouvant en cet état, la recueillent et la gardent comme femme de chambre. Mais l’adversité s’acharne après elle. Le fils de la maison, René d’Aulnay, s’éprend de leur protégée et sa mère, surprenant son secret chasse sa femme de chambre. La pauvre abandonnée va chercher asile chez une couturière en journées au château, Mme Legros qui s’intéresse à son malheur. De nouveau Guillelmine cherche une place. Elle en trouve une, dans un grand magasin de confections où, en butte aux assiduités de son chef, à la jalousie et aux basses intrigues de ses camarades, elle ne tarde pas à subir la vengeance de celui qu’elle a repoussé. Une pièce de dentelle a disparu. On fait fouiller les vendeuses et l’objet volé se retrouve sur la malheureuse employée. Cependant, l’acte malhonnête a eu pour témoins deux vendeuses dont la dénonciation réhabilite Guillelmine et condamne le chef indélicat. Les représailles de celui-ci, loin de nuire à la jeune fille, devaient être la source de son bonheur. En effet, l’enquête à laquelle a donné lieu cette affaire amène le directeur à reconnaître en Guillelmine sa fille qu’il recherche depuis des années. Et l’enfant abandonnée, ballottée par la vie, retrouve enfin un foyer et des jours heureux et paisibles.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°234, 15.2.1913

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 28.2 au 6.3.1913

Date de la publication électronique :28 May 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004