La Bien aimée  –  1912

Fiche générale

  • Autre titre : Titre de travail: Douce Alsace
  • Titre de travail : Douce Alsace
  • Numéro de film : 5348
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)/Série d'Art Pathé frères (SAPF)
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Stacia Napierkowska (Lisbeth)
    Jean Angelo
    Armand Numès
    Georges Saillard
  • Scénario :Jules Mary
  • Directeur de la photographie : Pierre Trimbach

Production

  • Autre titre : Titre de travail: Douce Alsace
  • Titre de travail : Douce Alsace
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)/Série d'Art Pathé frères (SAPF)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Scénario :Jules Mary
  • Interprètes :Stacia Napierkowska (Lisbeth)
    Jean Angelo
    Armand Numès
    Georges Saillard

Fiche technique

  • Photographie :Pierre Trimbach

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 805 m dont 720 en couleurs
  • Code télégraphique : Pressant

RÉSUMÉ

La scène se passe dans un village d’Alsace. Deux jeunes lingères orphelines, Francine et Lisbeth aiment toutes deux le meunier Hans Fisher. Des deux soeurs, Lisbeth est la plus jolie et la plus attrayante ; c’est elle qu’Hans préfère ; c’est elle aussi qu’aime Wilfrid le médecin du village. Cruellement désillusionnée par l’indifférence de Hans, Francine tombe malade et Lisbeth devant son chagrin se dévoue ; elle persuade Hans d’épouser sa sœur. Quant à Lisbeth, qui a sacrifié son bonheur, elle n’a plus la force de rester au village. Elle part pour Paris où elle débarque sans argent, croyant naïvement y trouver du travail. Dans la grande ville, sa candeur est mise à une rude épreuve ; à demi mourant de faim, elle vient échouer à la porte d’un café-concert, où un vieux brave homme, Ratineau, régisseur des plaisirs au Cabaret des Adrets, la recueille et la réconforte. Un heureux hasard a conduit Lisbeth auprès de Ratineau. Un des plus importants numéros de la soirée étant venu a manquer, Lisbeth propose de danser à sa place de vieilles danses de son pays. C’est un triomphe, une révélation. Le directeur, enthousiasmé, lui signe un engagement de 300 francs par soirée et bientôt Lisbeth devient une étoile au firmament parisien. Puis elle parcourt le monde où son succès va grandissant et ce n’est qu’après avoir amassé une petite fortune qu’elle revient au pays. L’apaisement de son premier chagrin d’amour est venu avec le temps. Hans, maintenant père de famille, s’est attaché à son foyer et Lisbeth, renonçant à sa brillante carrière, épouse le médecin du village qui ne l’a pas oubliée.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°216, 12.10.1912

Sujet dans le Bulletin Pathé n°37

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 25 au 31.10.1912

Date de la publication électronique :18 January 2010
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004