L'Auberge du Tohu Bohu   –  Georges Denola  –  1912

Fiche générale

  • Numéro de film : 5411
  • Genre : Scène comique
  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Georges Denola
  • Interprètes : Émile Milo (le saltimbanque)
    Paul Landrin (le comte Zarifouli)
    Louis Blanche (Saturnin)
    Henri Collen
    Jane Danjou (la petite saltimbanque)
  • Scénario : Maurice Ordonneau

Production

  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Georges Denola
  • Scénario : Maurice Ordonneau
  • Interprètes : Émile Milo (le saltimbanque)
    Paul Landrin (le comte Zarifouli)
    Louis Blanche (Saturnin)
    Henri Collen
    Jane Danjou (la petite saltimbanque)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : 370 m
  • Code télégraphique : Prolifère

RÉSUMÉ

La troupe Bel-Œil a résolu le bonheur de Saturnin, afin de récompenser ce jeune élève de l’École des Beaux-Arts d’un service qu’il leur rendit. Il s’est épris de Mlle Cécile Balandard et la veut épouser mais celle-ci, fille d’un marchand de drap de la rue du Sentier, est fiancée au comte Zarifouli, qu’elle n’a d’ailleurs jamais vu, et doit le rencontrer, amenée par son père le marchand de drap, à l’auberge du Cheval Blanc. Problème : décourager le père de donner son enfant au comte et le comte d’épouser la jeune demoiselle. Solution facile, grâce au transport d’une enseigne, les voyageurs prennent pour l’Auberge du Cheval Blanc la maison paisible des Moulinet qui, partant en voyage pour recueillir un héritage, ont laissé la garde de leur demeure à leur neveu Saturnin. Les saltimbanques s’y introduisent en tumulte. Et dès lors, la farce triomphe, inénarrable. Parmi les pitres, devenus garçons d’auberge et les clownesses vêtues en servantes, entre Saturnin, travesti en marmiton. La tzigane Flora présente au marchand de drap un comte Zarifouli qui n’est autre que le pitre de la baraque et se présente elle-même au vrai comte Zarifouli comme la jeune fille qu’il doit épouser et le décourage définitivement. Au dénouement, Saturnin épousera Cécile, d’autant que l’héritage recueilli par les Moulinet, fait de lui un parti très désirable.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°218, 26.10.1912

Sujet dans le Bulletin Pathé n°39

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 8 au 14.11.1912

Date de la publication électronique : 26 mai 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004