La Petite fonctionnaire  –  1912

Fiche générale

  • Numéro de film : 5426
  • Genre : Comédie
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Girier
    Ambroise (Lebardin) ; Lorrain
    Charles (le vicomte de Lebardin) ; Harment (le docteur) ; Goldstein
    Suzanne (Suzanne Borel) ; Lange
    Gabrielle (Mme Lebardin) ; Destrelle
    Maroussia (Mme Herminie Bijeois)
  • Adaptation :D’après la comédie de Alfred Capus Georges Denola
  • Directeur de la photographie : Trimbach
    Pierre

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Adaptation :D’après la comédie de Alfred Capus Georges Denola
  • Interprètes :Girier
    Ambroise (Lebardin) ; Lorrain
    Charles (le vicomte de Lebardin) ; Harment (le docteur) ; Goldstein
    Suzanne (Suzanne Borel) ; Lange
    Gabrielle (Mme Lebardin) ; Destrelle
    Maroussia (Mme Herminie Bijeois)

Fiche technique

  • Photographie :Trimbach
    Pierre

Résumé et notes

  • Genre : Comédie
  • Métrage : 745 m
  • Code télégraphique : Proportion

RÉSUMÉ

Pressigny-en-Barois (2000 âmes tout au plus) est en émoi. Mme Broquet, la vieille et insupportable receveuse des postes, a été remplacée par une jeune fonctionnaire, Mlle Suzanne Borel, élégante et jolie, spirituelle et instruite et dessinant à ses moments de loisirs. Il n’en faut pas davantage pour monter la tête à ces messieurs les châtelains et pour avoir contre elle toutes leurs femmes. “Elle tournera mal, c’est sûr!” prophétisent ces bonnes âmes. Suzanne Borel est pourtant résolue à ne pas tourner du tout  : comme, sauf sa main, on lui a tout demandé, elle s’est jurée de rester honnête et de faire une bonne petite employée de la grande administration des postes et des télégraphes. Mais voilà que son cœur parle au moment où elle y pense le moins. En dépit qu’elle en est et sans même s’en rendre compte, elle s’est éprise d’un hobereau de province, le vicomte de Lamblin qui, pour lui plaire, n’avait pourtant que la franchise de son caractère et sa ronde bonhomie. Que n’a-t-elle parlé plus tôt! Le vicomte, qui est le meilleur garçon de la terre, l’eût épousée sans dot, la préférant cent fois à la jeune veuve avec laquelle il s’est engagé, au point que ses lettres de faire-part sont toutes prêtes. Depuis qu’elle a appris les fiançailles du vicomte, Suzanne est désemparée dans ce bureau qui lui est devenu si odieux qu’elle va demander son changement. C’est en ce moment psychologique que la surprend Lebardin. Lebardin est un brave mari, d’une fidélité exemplaire. L’arrivée de Mlle Borel a ravagé son cœur. Et on l’a vu, de négligé qu’il était en sa mise, miraculeusement transformé, apporter tous les jours, à la même heure, au guichet de la séduisante receveuse, quelque télégramme. Cette fois, la dépêche est pourMlle Borel elle-même à laquelle il déclare sa flamme et propose à brûle pourpoint un joli “chez elle” à Paris. Il sollicite une réponse immédiate qu’il attend anxieusement. Le guichet s’ouvre  : “C’est 2 F 70!” dit-elle froidement. Et ce n’est que quelques jours après, la veille du mariage du vicomte qu’elle se décidera. Nous la retrouvons donc à Paris, dans le très luxueux hôtel où est descendu Lebardin. Pauvre Lebardin! Il en est pour ses frais! La petite fonctionnaire commence à regretter sa décision trop précipitée. Et Mme Lebardin, qui a découvert le pot aux roses, vient relancer son époux, bien déterminée à lui faire passer un mauvais quart d’heure. Mais le mariage du vicomte a mal tourné. Il est tout prêt à épouser Suzanne et à blanchir l’inflammable Lebardin aux yeux de son épouse.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°219, 2.11.1912

Sujet dans le Bulletin Pathé n°40

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 15 au 21.11.1912

Date de la publication électronique :11 December 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004