Le Feu vengeur  –  Georges Monca  –  1913

Fiche générale

  • Autre titre : il fuoco vendicatore (titre de sortie italien)
  • Numéro de film : 5652
  • Genre : Comédie dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Georges Monca
  • Interprètes : Georges Grand (le peintre Lucien Henry)
    Amélie Dieterle (la Comtesse de Grandchamp)
    Christine Kerf (la Marquise de Mendoza)
  • Scénario :Émile Ferdar

Production

  • Autre titre : il fuoco vendicatore (titre de sortie italien)
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Georges Monca
  • Scénario :Émile Ferdar
  • Interprètes :Georges Grand (le peintre Lucien Henry)
    Amélie Dieterle (la Comtesse de Grandchamp)
    Christine Kerf (la Marquise de Mendoza)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : 515 m

RÉSUMÉ

Le peintre Lucien Henry, après un séjour à la Villa Médicis, commence à abandonner l’enseignement de l’école pour se créer une personnalité. Il vit exclusivement pour son art, dont aucune sérieuse aventure d’amour n’est encore venue le distraire. Son maître, le grand Carolus Benner, lui envoie, pour le lancer, une commande de portrait, celui d’une des plus jolies femmes de Paris, la marquise de Mendoza. Le portrait qu’il exécute consacre sa réputation naissante. Et l’intimité créée entre lui et son modèle par les longues heures de pose, donne naissance bientôt à un sentiment plus tendre. Lucien Henry est parfaitement heureux. Cependant, une jeune veuve, la capiteuse comtesse de Grand champ parvient à troubler son cœur. La marquise découvre leur trahison et jure de se venger. Dix ans après, Lucien Henry, qui a épousé la comtesse de Grandchamp, est devenu le peintre à la mode. Son œuvre a été acquise en entier par un amateur inconnu, grâce à l’intermédiaire d’un marchand, Kramer. Un jour, Lucien est invité par ce mystérieux collectionneur à venir visiter la galerie de ses œuvres. Ce n’est pas sans émotion qu’il se prépare à juger la production des meilleures années de sa vie d’artiste, bientôt sur le déclin. Une curiosité aussi le pique. Quel est l’admirateur assez épris de son talent pour avoir voulu posséder jusqu’à la moindre de ses œuvres. Lorsqu’on l’introduit auprès de la marquise de Mendoza, il comprend que l’heure de la vengeance a sonné. En effet, devant le peintre atterré, elle anéantit toutes ses toiles. Tout un passé de labeur, de joie, de confiance et d’espoir, tout un avenir, celui qui dure par-delà la mort, dans la prospérité, s’écroule pour l’artiste en même temps que le feu accomplit son œuvre.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°234, 15.2.1913

Sortie : Eden Cinéma Pathé , Toulon, 10 au 16.6.1913

Rivista Pathé n°90 semaine 209 (programme du 5 janvier 1913), coll. Cineteca di Bologna

source titre italien : collection Rivista Pathe (Cineteca di Bologna)


Date de la publication électronique :28 mai 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004