Expériences sur l’air liquide  –  1913

Fiche générale

  • Numéro de film : 5660
  • Genre : Scène instructive
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène instructive
  • Métrage : 205 m
  • Code télégraphique : Réclame

RÉSUMÉ

Le film que nous présentons aujourd’hui offre une très intéressante suite de démonstrations scientifiques, relatives aux expériences sur l’air liquide. En refroidissant jusqu’à 200° l’air que nous respirons, il devient liquide comme de l’eau et cette température permet d’obtenir des froids inconnus jusqu’à ce jour, capables de congeler même des métaux. L’air liquide change la nature de nombreux métaux : le zinc souple y devient cassant, une balle de caoutchouc s’y durcit et se fragmente sous le choc. Par contre, le plomb malléable prend la résistance de l’ancien et devient capable de former un ressort supportant un poids. Au contact de l’air, la chaleur revient et le plomb reprend sa nature. Quoi de plus mou qu’un bifteck ; l’air liquide le transforme en un bloc dur et blanchâtre que nous pouvons casser aisément. Des roses plongées dans l’air liquide, s’émi et tent comme un verre fragile. L’air liquide suspend la vie sans l’arrêter. De deux anguilles, plongées en même temps dans le récipient, nous pouvons casser l’une à coups de marteau, tandis que l’autre, rendue à son élément, nage et se démène. Malgré sa température extrêmement basse, l’air liquide n’occasionne pas de brûlures, grâce au phénomène bien connu de la caléfaction ; on peut même s’en mettre dans la bouche.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°235, 22.2.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°4

Date de la publication électronique :24 February 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004