La Comtesse noire  –  Ferdinand Zecca et René Leprince  –  1913

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 5901
  • Genre : Scène de la Vie Moderne en 3 parties
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Ferdinand Zecca et René Leprince
  • Interprètes : René Alexandre (le docteur Martyl)
    Gabriel Signoret
    (le professeur Monbel)
    Jean Dax (le duc de Mora)
    Gabrielle Robinne (la Comtesse Noire)
    Marie Louise Roger...
  • Scénario :Edmond Bureau Guéroult

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Ferdinand Zecca et René Leprince
  • Scénario :Edmond Bureau Guéroult
  • Interprètes :René Alexandre (le docteur Martyl)
    Gabriel Signoret
    (le professeur Monbel)
    Jean Dax (le duc de Mora)
    Gabrielle Robinne (la Comtesse Noire)
    Marie Louise Roger
    (Germaine Monbel)
    la petite Maria Fromet (Lili)
    Mado Minty
    première danseuse des Folies Bergères de Paris dans “La Merveilleuse Fête Persane”

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène de la Vie Moderne en 3 parties
  • Métrage : 870 m dont 730 en couleurs
  • Code télégraphique : Revuiste

RÉSUMÉ

1ère partie : L’Aventurière 2ème partie : la Voix du devoir 3ème partie : La Douleur qui sauve Le docteur Raymond Martyl, élève du professeur Monbel, est fiancé à Germaine, fille de ce dernier. Ensemble, l’élève et le savant se livrent à de hautes études bactériologiques. Entre ces trois êtres faits pour s’entendre et se donner le bonheur, s’immisce la comtesse Reinher. Elle s’éprend de Raymond et s’acharne d’autant plus à le conquérir qu’elle sent, entre eux, un obstacle puissant, et, de la part du jeune homme, une résistance hostile. Raymond, en effet, a appris du duc de Mora, l’une des victimes de cette sirène, ce qu’est en réalité Mme Reinher, à qui sa réputation a valu le surnom de comtesse Noire. Il se tient sur ses gardes. Mais la comtesse a appris les fiançailles de Germaine et de Raymond. Un jour, celui-ci reçoit un billet : “Cher M. Raymond, je suis un peu souffrante et mon docteur ne paraît rien comprendre à mon état. Voudriez vous venir à 5 heures me donner une amicale consultation. Comtesse Reinher.” En même temps, le professeur Monbel recevait l’invitation de se rendre chez elle, à 5 heures et demi pour une communication très confidentielle. Raymond, ne pouvant supposer tant de perfidie chez la jolie comtesse, tombe dans le piège qui lui est tendu, et le professeur Monbel, témoin de la prétendue trahison du jeune homme, et dupe du stratagème de la comtesse, rompt le mariage. Sur ces entrefaites, la comtesse Noire, pour oublier les dédaigneux refus de Raymond, donne dans ses salons une merveilleuse fête persane. C’est un déploiement de luxe inouï, un prestige de féerie des mille et une nuits. Pendant la fête, sa fille, la petite Lili, est prise tout à coup de symptômes inquiétants. La diphtérie se déclare. La comtesse chez qui, en dépit de tout, persiste le sentiment maternel, n’est plus, à cette heure d’angoisse, qu’une mère dont l’enfant est menacée, un pauvre être pantelant à qui la Mort dispute son petit. Dans son désarroi, un nom s’impose à elle, le professeur Monbel. Lui seul, croit-elle, peut sauver sa fille. Le savant se rend à son appel et Raymond, mandé lui aussi, au chevet de la petite malade, oublie son ressentiment pour ne plus penser qu’à son devoir de médecin en face de cette agonie. Lili est sauvée et la Comtesse, reconnaissante, avoue l’intrigue coupable qui a amené la rupture du mariage de Raymond.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°250, 7.6.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°19

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 20 au 26.6.1913

Date de la publication électronique :18 March 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004