L'Absent   –  Albert Capellani  –  1913

Fiche générale

  • Numéro de film : 5919
  • Genre : Comédie de moeurs hollandaises
  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Albert Capellani
  • Interprètes : Henri Etiévant (Driès Schoonejans)
    Henri Rollan (Peter Schoonejans)
    Henri Collen
    Jeanne Grumbach (grand’mère Grietje)
    Germaine Dermoz (Minna)
    Raymonde Dupré (Dina)
  • Scénario : Georges Mitchell

Production

  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Albert Capellani
  • Scénario : Georges Mitchell
  • Interprètes : Henri Etiévant (Driès Schoonejans)
    Henri Rollan (Peter Schoonejans)
    Henri Collen
    Jeanne Grumbach (grand’mère Grietje)
    Germaine Dermoz (Minna)
    Raymonde Dupré (Dina)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie de moeurs hollandaises
  • Métrage : 830 m
  • Code télégraphique : Rigidité

RÉSUMÉ

Dans une grasse ferme des polders vivent le veuf Driès Schoonejans, sa belle-mère, Grietje et son fils Peter. Driès s’est épris d’une veuve, Minna Petrus, splendide créature, honnête et droite, qui élève bravement sa fillette Dina. Mais la jeune femme est étrangère et a grand’peine à se défendre contre les préventions des gens du pays. Aussi, lorsque Driès annonce aux siens ses projets matrimoniaux, rencontre-t-il une résistance hostile et obstinée. Minna, comprenant que sa présence au foyer de Driès, y amènerait la désunion et la haine, décide de retourner en Suisse avec sa fille. Mais Driès, irrité des manœuvres sournoises de Grietje et de Peter, impose la présence de Minna à son foyer. La rupture éclate. La vieille grand’mère quitte la ferme et Peter s’engage, pour six ans, en Guyane néerlandaise. Maintenant, Driès Schoonejans est parfaitement heureux avec Minna, devenue sa femme et sa belle-fille Dina. Pour la grand’mère Grietje, les six années de séparation d’avec son petit fils s’écoulent lentement; elle vieillit. Dans ces longues heures d’attente, elle fait un retour sur elle-même. Elle sait que la conduite de Minna ne laisse pas de prises à la médisance; qu’elle est active, sérieuse et douceet le remords de l’avoir calomniée, le regret d’avoir isolé sa vieillesse et la jeunesse de son petit-fils, la ramènent à des idées plus saines. Elle fait une démarche auprès de Driès, mais celui-ci n’a pas pardonné les injures, les calomnies dont on a jadis abreuvé Minna, ni la révolte de son fils. Il refuse son pardon. Mais pendant ce laps de six années, Dina est devenue une jeune fille. Et la charmante idylle qui se déroule entre elle et Peter, dans le décor des champs de tulipes, des petits moulins et des canaux, amène le dénouement de la situation. Devant l’amour naïf et profond de ces deux enfants, Driès se laisse fléchir. Les rancunes, les haines s’apaisent et chacun reprend sa place au foyer familial.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°249, 31.5.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°19

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 13 au 19.6.1913

Date de la publication électronique : 18 mars 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004