Trois femmes pour un mari  –  Prince  –  1913

Fiche générale

  • Numéro de film : 5948
  • Genre : Scène comique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Prince
  • Interprètes : Prince
    André Simon
    Henri Collen
    Gabrielle Lange
    Yvonne Maëlec
    Raymonde Vernay (Pigeonnette/Phémie)
    Yvonne Harnold
    Fernand Rivers...
  • Adaptation :D’après le vaudeville de Ernest Grenet-Dancourt (1884)

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Prince
  • Adaptation :D’après le vaudeville de Ernest Grenet-Dancourt (1884)
  • Interprètes :Prince
    André Simon
    Henri Collen
    Gabrielle Lange
    Yvonne Maëlec
    Raymonde Vernay (Pigeonnette/Phémie)
    Yvonne Harnold
    Fernand Rivers
    Armand Lurville

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : 910 m
  • Code télégraphique : Rognure

RÉSUMÉ

André a un oncle, Dubochard, qui le déshéritera, s’il se marie jamais! Dubochard, ayant été malheureux en ménage, a de bonnes raisons pour empêcher son neveu de tâter du mariage. Et pourtant, André, croyant avoir trouvé la fiancée de ses rêves, est à la veille d’épouser Mlle Juliette Carindol, en cachette de Dubochard, bien entendu. Raoul, l’ami d’André, possède un oncle qui est tout le contraire de l’autre. Dardenbois n’a qu’un désir, c’est que son neveu se marie, et le voilà, revenant d’Amérique, où il “cultivait” tout exprès pour la ramener à Raoul, la fille du docteur Boxoon, que le jeune homme ne peut mieux faire que d’épouser. Cependant, Carindol, surprend André avec Pigeonnette. Pigeonnette passera immédiatement pour la femme de Raoul. L’oncle Dardenbois présente sa jeune Américaine  : “voilà ta future femme”. “Impossible, répond Raoul, en montrant Euphémie Bassinte, la fille de la concierge, je suis marié secrètement avec Phémie!” Sur ces entrefaites, l’oncle Dubochard survient chez son neveu. Comment lui cacher l’hymen d’André. C’est encore Raoul qui prend la place du futur.Au second acte, le mariage doit être célébré chez les Carindol. Il s’agit de faire passer Raoul pour le mari qui, ayant absorbé le narcotique destiné à l’oncle Dubochard, tombe d’un sommeil de plomb. Il faut voir le charivari, organisé par Raoul, toutes les fois que l’adjoint prononce le nom du véritable marié! Au troisième acte l’imbroglio se dénoue. L’oncle Dubochard en vient à admettre que, pour être malheureux dans les deux cas, il vaut encore mieux se marier et André peut enfin présenter sa vraie femme, tandis que Raoul, qui avait juré de rester garçon, se décide à épouser la jeune Américaine.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°251, 14.6.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°20

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 27.6 au 3.7.1913

Date de la publication électronique :18 mars 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004