Bébé n’aime pas sa concierge  –  1912

Fiche générale

  • Numéro de film : 5710
  • Production :Cosmopolitan Films
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Clément Mary
    Madeleine Guitty

Production

  • Production :Cosmopolitan Films
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Interprètes :Clément Mary
    Madeleine Guitty

Fiche technique

Résumé et notes

  • Métrage : 185 m
  • Code télégraphique : Refroidir

RÉSUMÉ

Parisien de race, Bébé visita un jour le Salon d’Automne accompagné de sa famille. Devant les artistiques manifestations du cubisme, du futurisme et autres méthodes en isme, rien du Panama, il se sentit tout à coup une irrésistible vocation pour l’art pictural. Il s’essaya avec succès et réussit en traçant sur le chien de sa concierge des lignes parallèles à transformer Azor en un zèbre du plus heureux effet. Il venait de fonder l’école des Parallélibipèdes. Mais Madame Ducordon ne partagea pas l’enthousiasme du novateur. Elle s’en plaignit fortement aux parents du jeune artiste. Hélas! les talents en herbe sont toujours méconnus et Bébé se vit condamner au pain sec et à l’eau. Un artiste à la mie de pain, quoi! Quelle honte! Aussi le gamin jura-t-il de se venger! Quelle vengeance, Messeigneurs! Madame Ducordon, douillettement enfouie sous de chaudes couvertures, dormait à poings fermés, quand un carillon joyeux l’éveilla brusquement. Avec une grâce toute professionnelle, elle allongea le bras, tira sur un cordon qui pendait le long du mur et écouta. Personne n’entra et pourtant la porte se referma brusquement. En vain, elle scruta l’obscurité. Tout à coup, un autre coup de sonnette vint la tirer de ses réflexions et, par la même occasion, elle tira le cordon. Même silence. N’y tenant plus, elle se leva et alla voir. C’était ce chenapan de Bébé qui se vengeait. Elle sortit dans la rue pour lui tirer les oreilles. Ce fut sa perte! Bébé s’étant glissé dans l’embrasure de la porte entr’ouverte, l’avait refermée tandis que Madame Ducordon, drapée dans sa chemise, profilait sur le trottoir son embonpoint sous la lueur diaphane de Phoebé goguenarde. Et deux agents qui, par hasard, passaient par là, cueillirent la brave dame et l’appréhendèrent non sans lui avoir dressé procès-verbal pour tapage nocturne. Bébé put alors continuer sa carrière de peintre animalier.

En savoir plus

Date de la publication électronique :20 February 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004