Le Contrôleur des wagons lits  –  Prince  –  1912

Fiche générale

  • Numéro de film : 5557
  • Genre : Scène comique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Prince
  • Interprètes : Prince
    Charles Lorrain
    André Simon
    Gabrielle Chalon
  • Adaptation :Georges Monca d’après la comédie de Alexandre Bisson (1898)

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Prince
  • Adaptation :Georges Monca d’après la comédie de Alexandre Bisson (1898)
  • Interprètes :Prince
    Charles Lorrain
    André Simon
    Gabrielle Chalon

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : 740 m
  • Code télégraphique : Raconter

RÉSUMÉ

Godefroy, qui a épousé une jeune veuve, se voit reprocher par sa belle-mère, Mme de Montpépin, de ne pas être un mari aussi parfait que son prédécesseur. Pour se changer les idées, Godefroy va faire un petit voyage au cours duquel une balle de tennis qu’il reçoit dans l’oeil, le met en relations avec l’aimable famille Charbonneau. Là, c’est la bonne vie familiale rêvée par Godefroy, sur qui les beaux yeux de Mlle Rosine Charbonneau produisent une profonde impression. Pourtant, n’osant pas prolonger son absence, il se décide à aller retrouver sa femme… et sa belle-mère. Au retour, il fait la connaissance d’un contrôleur des wagons-lits qui porte le même nom que lui. Cette circonstance lui suggère l’idée de se faire passer lui-même, aux yeux de sa famille, pour le contrôleur Godefroy et de reconquérir ainsi sa liberté. Belle-maman, soupçonneuse, va se renseigner à l’Administration où elle apprend qu’en effet, un nommé Godefroy exerce les dites fonctions. Justement, une plainte vient d’être déposée contre cet employé qui s’est permis d’embrasser une voyageuse. Mme Montpépin appuie sur la chanterelle, déclare que son gendre est un satyre et prie le directeur de le renvoyer. Là-dessus, entre en scène le véritable contrôleur. D’accord avec la famille Montpépin, il décide de préparer à Godefroy une mystification pas ordinaire. En effet, celui-ci, ne se sachant pas démasqué, pense continuer longtemps son existence en partie double. Il songe même à divorcer, pour se fiancer à Mlle Charbonneau, mais il commence par la fin et obtient d’abord la main de la jolie Rosine. Le contrôleur le démasque aux Charbonneau. Fureur de ceux-ci qui se joignent aux Montpépin pour confondre Godefroy et, au moment où celui-ci jouit en toute sécurité de la paix familiale de Nangis, chez les Charbonneau, il se retrouve soudain au milieu des Montpépin et se croit le jouet d’un mauvais rêve. Finalement, le pseudo contrôleur rentre au sein de sa famille, après toutefois en avoir chassé son irascible belle-mère, tandis que le vrai contrôleur console Rosine Charbonneau en lui passant au doigt l’anneau qu’elle vient de rendre à son ex-fiancé.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°228, 4.1.1913

Sortie : Théâtre Omnia, Rouen , 18 au 24.3.1913

Date de la publication électronique :17 novembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004