Le Mirage  –  1912

Fiche générale

  • Numéro de film : 5576
  • Genre : Comédie dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Scénario :Daniel Riche

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Scénario :Daniel Riche

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : 400 m
  • Code télégraphique : Raillerie

RÉSUMÉ

Le compositeur Rouvère, premier violon dans un théâtre où sa femme est danseuse, vend à bas prix son premier opéra à l’éditeurMorin. Mme Rouvère voit avec dépit son mari conclure un marché qu’elle juge désavantageux. Elle est dans cet état d’esprit lorsque l’impresario Gusuardo, en la voyant danser, songe à exploiter son talent. Il lui conseille de quitter son foyer pour un brillant avenir. Huguette consent à le suivre, inconsciente de l’immense chagrin qu’elle laisse derrière elle. En effet, le malheureux Rouvère, fuyant sous le chagrin sa maison abandonnée, marchant sans but devant lui, vient rouler sur le pavé où des passants le recueillent et le transportent à l’hôpital en proie à une fièvre cérébrale. Cependant, Huguette qui a reçu du public un accueil des plus froids est rejetée par Gusuardo. De déboires en déboires, elle tombe dans la plus profonde détresse et est recueillie par des Romanichels. L’opéra de Rouvère ayant eu un grand succès, l’éditeur, reconnaissant, emmène le malheureux compositeur dans sa propriété. Malgré l’ivresse du triomphe, Rouvère ne peut oublier la fugitive dont le souvenir le hante. Une nuit, il entend un léger grincement et voit dans la pénombre, sa fenêtre s’ouvrir, livrant passage à une forme humaine. Il saisit une chaise, la brandit et l’abat sur la nuque du visiteur nocturne. Il tourne le commutateur et l’électricité, inondant la pièce, éclaire le visage d’Huguette. Choisie par les Romanichels pour les aider dans leur expédition nocturne, le hasard a providentiellement conduit la malheureuse dans la demeure de son mari qui la recueille et lui pardonne.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°230, 18.1.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°51

Date de la publication électronique :27 May 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004