La Vie d’un papillon, le Sphinx de l’Euphorbe  –  1913

Fiche générale

  • Numéro de film : 5818
  • Genre : Scène de vulgarisation scientifique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène de vulgarisation scientifique
  • Métrage : 140 m
  • Code télégraphique : Répétiteur

RÉSUMÉ

Au printemps, sur les euphorbes, vont et viennent, actives, de belles chenilles luisantes à la robe noire tigrée de jaune et de rouge. À peine sorties de l’œuf, les chenilles de l’euphorbe croissent rapidement et leur appétit insatiable a tôt fait de dégarnir de feuilles les euphorbes d’une région. Notre bande montre, d’une façon parfaitement claire, la chrysalidation de la chenille. Nous assistons aux efforts de cette créature guidée par son instinct, se débarrassant à grand-peine de sa peau. Sous nos yeux, la chenille se contracte, durcit, change de couleur et apparaît alors brune et rigide, la chrysalide où toute vie semble suspendue. Bientôt, de cette gangue inerte, sortira, gauche et privé d’ailes, le papillon de l’euphorbe. Nous le voyons ensuite chercher une branche, s’y fixer par les pattes et laisser pousser les ailes, couleur cuir, bordées de noir. C’est sous ce charmant aspect que le sphinx de l’euphorbe s’en ira, au crépuscule, gaiement butiner sur les fleurs.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°244, 26.4.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°13

Sortie: Omnia Pathé, Paris, 9 au 15.5.1913

Note crtitique: Dans son ouvrage Mes chasses aux papillons édité en 1955 alors qu’il avait 74 ans, Eugène Le Moult raconte avec verve comment il a été sollicité pour tourner les "trente six premiers films documentaires entomologique et océanographiques édités par la Société Pathé et Eclair". Il donne comme date 1912 et ajoute ces quelques phrases très éloquentes : "Je commençai par me réjouir beaucoup, mais je vis très rapidement que la maison Pathé, et plus tard la Société Eclair, ne partageaient pas mes points de vue. Mon but était purement éducatif. Le leur était d’ordre commercial. La question que ces messieurs me posaient en général était la suivante : Les bêtes que vous comptez filmer s’entre-dévorent-elles ? Se battent-elles, au moins ?. Je dus me plier aux exigences de ces producteurs et faire lutter entre eux des pauvres insectes qui n’en avaient pas la moindre envie."

"Mais je me rappelle surtout le Sphinx de l'Euphorbe que je tournais à Morgat (Finistère) pendant l'été de 1913" (?).

Date de la publication électronique :10 March 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004