Héritage de Cabestan (L’)  –  Adrien Caillard  –  1913

Fiche générale

  • Numéro de film : 5988
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Adrien Caillard
  • Interprètes : Léon Bernard (Cabestan)
    René Maupré (Paul Cabestan)
    Émile Milo (Cartahut)
    Germaine Dermoz (Olympe)
    Andrée Pascal (Liliette)
    la petite Maria Fromet (Liliette enfant)
  • Scénario :Adrien Caillard d’après Pierre Alexis Ponson du Terrail

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Adrien Caillard
  • Scénario :Adrien Caillard d’après Pierre Alexis Ponson du Terrail
  • Interprètes :Léon Bernard (Cabestan)
    René Maupré (Paul Cabestan)
    Émile Milo (Cartahut)
    Germaine Dermoz (Olympe)
    Andrée Pascal (Liliette)
    la petite Maria Fromet (Liliette enfant)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 1070 m
  • Code télégraphique : Rubis

RÉSUMÉ

Cabestan est un pauvre forain, qui en des ombres jours de chômage, se décide à vendre sa roulotte pour aller tenter fortune aux colonies. Il confie son fils, le petit Paul, à des voisins, forains comme lui. L’enfant, maltraité, ne trouve un peu d’affection qu’auprès de la petite Liliette, la fille de ses exploiteurs. Un jour, il parvient à fuir et est recueilli par de braves gens, les Pinteau, qui tiennent une boutique de poupées. Petit Paul est engagé comme apprenti. Plustard, lorsque les forains prennent la fuite avec les 5 000 francs que Cabestan leur a envoyé pour élever son fils, laissant Liliette sur la grande route, c’est encore ces braves cœurs de Pinteau qui recueillent la petite abandonnée. Après 8 ans d’absence, Cabestan se prépare à rentrer en France, fortune faite, lorsqu’il est frappé mortellement en défendant son ami Cartahut. Avant de mourir, il charge celui-ci d’aller en France et de mettre son fils en possession de l’immense fortune qu’il lui lègue, déposée chez un notaire. Boitard et Olympe, tenanciers- postiers de la halte d’Hermelo, surprennent la conversation de Cabestan et de Cartahut et comme celui-ci reçoit de Cabestan une somme assez rondelette pour accomplir sa mission, la convoitise des deux époux est éveillée. Ils décident de s’emparer du magot de Cartahut. Boitard attaque le brave garçon. Tous deux roulent dans un précipice. Boitard, puni de sa cupidité, demeure au fond du ravin et Cartahut, blessé seulement, est sauvé par des indigènes. Mais Olympe, qui l’a dépouillée de son argent, le devance à Paris pour conquérir les millions de Cabestan. Elle n’a pas de peine à séduire Paul, qui est encore un enfant et un naïf, et qui, ayant appris de quelle fortune il hérite, n’hésite pas à venir l’offrir à Olympe. Cartahut, heureusement, arrive à temps pour déjouer les intrigues d’Olympe et pour ramener Paul à Liliette, qui l’aime depuis longtemps. Grâce au brave Cartahut, l’héritier de Cabestan trouve le vrai chemin du bonheur.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°254, 5.7.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°23

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 18 au 24.7.1913

Date de la publication électronique :26 March 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004