Fiancé malgré lui  –  1908

Fiche générale

  • Numéro de film : 2098
  • Genre : Scène comiques (2me Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comiques (2me Série)
  • Métrage : 160 m ; 524.8 f.
  • Code télégraphique : Dépens

RÉSUMÉ

Cinq à six jeunes couples sortent à l’aube d’un bal mas­qué au Moulin Rouge. Un des jeunes gens arrivé chez lui trouve un messager qui l’attend porteur d’un télégramme. Ce qu’il lit : sa tante dont il dépend lui demande de venir la rejoindre car elle doit lui présenter sa future épouse, le met en colère. Rageur, il met sa salle à manger sens des­sus dessous sans pouvoir trouver son bouton de col puis il administre quelques coups de pieds à sa servante qui es­saie de le raisonner et part chez la vieille demoiselle. Une discussion a lieu entre lui et la vieille tante, lui affirmant qu’il ne veut pas se marier, elle lui rétorquant que dans ce cas il n’aura plus rien ni avant ni après sa mort. Les ar­guments de la vieille dame étant les plus forts, ils partent pour la maison de la demoiselle. Pendant qu’ils sont en route une scène similaire a lieu chez la future fiancée, la jeune fille refusant de voir son futur et d’écouter les conseils de son père prônant les mérites du futur. Ils la laissent seule dans sa chambre bien parée et séduisante. Elle défait alors ses cheveux et descend dans le salon juste au moment où les invités sont introduits. Les deux jeunes gens sont très désagréables l’un envers l’autre et les choses vont très mal lorsque la jeune fille retire la chaise sous son futur les faisant passer lui et sa tante pour des sots. Ils s’en vont donc. En bas de l’immeuble, il s’a­perçoit qu’il a oublié son chapeau sur le piano. Il remonte et voit la demoiselle ayant remis sa chevelure en ordre. Il la trouve alors plus séduisante. Bien entendu, il ne peut résister à son charme et tombant à genoux lui demande d’être sa femme. Aucune femme ne saurait résister long­temps à pareil argument et comme elle le trouve char­mant tout finit comme le souhaitaient les parents.

En savoir plus

Compte rendu  : M.P.W., 18.4.1908

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896-1914, Volume 2, 1907-1909 (Mai 1908) |p 077

Date de la publication électronique :11 July 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004