Enfant de la folle (L’)  –  Georges Denola  –  1913

Fiche générale

  • Titre original : Il bimbo della pazza (it.)
  • Numéro de film : 6131
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Georges Denola
  • Interprètes : Madeleine Céliat (Jeanne la folle)
    Léontine Massart (la femme Frison)
    Charles Mosnier (le docteur)
    Émile Milo (le meunier Frison)
    Jean Jacquinet (Pierre
    le vannier)
  • Scénario :Marc Mario

Production

  • Titre original : Il bimbo della pazza (it.)
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Georges Denola
  • Scénario :Marc Mario
  • Interprètes :Madeleine Céliat (Jeanne la folle)
    Léontine Massart (la femme Frison)
    Charles Mosnier (le docteur)
    Émile Milo (le meunier Frison)
    Jean Jacquinet (Pierre
    le vannier)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 800 m
  • Code télégraphique : Scammonée

RÉSUMÉ

Pierre et Jeanne sont deux pauvres nomades ; mais leur mutuel amour, la tendresse qu’ils ont pour leur enfant, les aide à supporter les misères de la vie errante, lorsque le malheur vient les frapper cruellement. Pierre, en tombant, se casse une jambe. Une nuit, le feu prend dans la roulotte. Jeanne sauve d’abord son enfant et Pierre, immobilisé sur son grabat, reste dans le brasier. La raison de Jeanne sombre dans la folie. Mais l’instinct maternel demeure chez elle aussi vivace, toute sa tendresse se concentre sur le petit être qu’elle garde jalousement. Dans le village où le tragique hasard l’a fait échouer, les Demorins ont mis en nourrice, chez les meuniers Frison, un enfant du même âge que le sien. Le père Frison est un ivrogne invétéré et sa femme tremble devant lui. Un jour, brutalisée par son mari, la malheureuse laisse tomber à l’eau son nourrisson. Les meuniers, affolés, explorent en barque la rivière, mais en vain, Le bébé a été emporté par le courant. La femme Frison, terrifiée, pense alors à l’enfant de la folle et le lui vole pendant son sommeil. Les Demorins viennent le lendemain voir leur bébé dont ils sont séparés depuis quelques mois. Ils ne s’aperçoivent pas de la substitution, mais Jeanne, réclame son enfant à tous les échos. Le docteur Lemosnier, qui la soigne, a pitié d’elle et la fait placer dans une maison de santé. Cette dernière épreuve a violemment ébranlé la folle. Elle a la vision du passé et peu à peu, les souvenirs surgissent devant elle  : elle recouvre la raison. Sortie de la maison de santé, elle demande au docteur son aide pour rechercher l’enfant qu’on lui a volé. La fille de Jeanne porte au bras une cicatrice, laissée par une brûlure lors de l’incendie de la roulotte. C’est grâce à cette cicatrice que le médecin découvre l’imposture des Frison. La nourrice fait des aveux complets. Mais Jeanne épuisée par tant d’épreuves, succombe aux atteintes d’une maladie de cœur avant que Madame Demorin ait appris la tragique vérité, qu’on lui laissera toujours ignorer.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°263, 6.9.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°32

Sortie : Théâtre Omnia, Rouen, 30.9 au 6.10.1913

source titre italien : Rivista Pathé n° 119 du 27 juillet, programme 238 (coll. Cineteca di Bologna)


Date de la publication électronique :03 June 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004