Don Juan  –  Capellani / Albert  –  1908

Fiche générale

  • Numéro de film : 2140
  • Genre : Scène dramatique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Capellani
    Albert

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Capellani
    Albert

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 330 m dont 200 en couleurs ; 1082.4 f.
  • Code télégraphique : Domaine

RÉSUMÉ

Don Juan est invité chez don Gonzalo, le Commandeur, pour les fêtes de fiançailles de sa fille dona Ana avec don Luis. Don Luis supplie sa fiancée de le recevoir chez elle, ne doivent-ils pas s’épouser le lendemain  ? Dona Ana, vaincue par ses prières, lui promet de lui ouvrir à dix heures, dans une heure de là. Don Juan, dissimulé derrière une portière, entend le rendez-vous donné. Don Luis se rend seul à la demeure de sa fiancée. Les laquais de don Juan le bâillonnent, l’emportent, et ce dernier se substituant au fiancé, se présente à dona Ana. La jeune fille, fascinée par le séducteur émérite, préfère se donner la mort que de céder au déshonneur. Don Juan s’enfuit. Dona Inès, la seconde fille du Commandeur, après la mort de sa sœur, est enfermée dans un couvent voisin. Don Juan la fait séduire par une duègne qu’il a corrompue, la vieille Brigitte, type sordide d’entremet­teuse. La jeune fille, fascinée par les paroles mielleuses de la duègne, étourdie par la passion jetée habilement dans son cœur, consent à se laisser enlever par don Juan. Lorsque le père, amené par de funestes pressentiments, vient réclamer sa fille à l’abbesse, on trouve la cellule vide et, par terre, une lettre corruptive de don Juan. Les deux amants sont assis l’un près de l’autre, sur une ter­rasse au bord du Guadalquivir, dans un des châteaux de don Juan. Don Juan, transfiguré, n’est plus le séducteur effronté, il aime enfin et véritablement. Le Commandeur vient réclamer sa fille séduite ; don Juan le supplie de lui pardonner sa vie passée, de lui accorder Inès qui lui a rendu toutes ses croyances à l’amour. Don Gonzalo le traite de lâche, l’accable d’injures. C’en est trop. Don Juan tire son épée et tue le Commandeur. Le prin­cipal rôle est joué maintenant par la statue du Comman­deur que don Juan convie à un festin. Au banquet fatal, le convive de pierre apparaît, étreint don Juan de sa main vigoureuse et l’entraîne jusqu’à sa tombe où don Juan meurt dans les bras de la statue, un moment animée.

En savoir plus

Sortie  : Le Cirque d’Hiver, Paris, 3 au 9.4.1908 Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet |p 082

Date de la publication électronique :13 October 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004