Le Bonheur par l’enfant  –  1913

Fiche générale

  • Genre : Comédie dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Georges Flateau (Georges Valencey)
    Jean Angelo (André Miriam)
    Gaston Michel (Général Theuvin)
    Jeanne Bérangère (Monique)
    la petite Marthe Hébert (la petite Ninette)
  • Scénario :Daniel Riche

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Scénario :Daniel Riche
  • Interprètes :Georges Flateau (Georges Valencey)
    Jean Angelo (André Miriam)
    Gaston Michel (Général Theuvin)
    Jeanne Bérangère (Monique)
    la petite Marthe Hébert (la petite Ninette)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : (710 m)
  • Code télégraphique : Seigneur

RÉSUMÉ

Le général Theuvin a loué, dans l’Oise, la villa des Charmettes pour y passer l’été en compagnie de sa fille veuve, Monique et de sa petite fille Ninette. Georges Valencey, invité à aller passer un mois aux Charmettes, accepte dans l’espoir de conquérir la main, et surtout la fortune, de Monique. Georges à une amie, Meg, qu’il tient au courant de ses projets et qui doit profiter de l’affaire, elle aussi. Dans le pays, l’usinier André Miriam apprend qu’il lui arrive d’élégants voisins. Sur ces entrefaites, la petite Ninette s’étant perdue dans la forêt, est retrouvée par André. L’enfant lui voue une grande amitié et sa reconnaissance ouvre au timide ingénieur la porte des Charmettes. Charmé par la grâce de Monique, André s’éprend de la jeune femme, mais n’ose se déclarer, et l’arrivée de Georges Valencey achève de le décourager. L’élégant fêtard éclipse, de sa science mondaine, le modeste travailleur. Mais Ninette, à qui le nouvea uvenu est antipathique, manifeste franchement son sentiment. Les deux hommes, poussés à bout par la jalousie en viennent à se battre. Monique interrompt le duel et congédie l’ingénieur. Ninette, plutôt que de subir Georges comme beau-père, décide d’aller retrouver André. Elle fait son petit balluchon et sort par le chemin de halage. En route, elle découvre une barque, saute dedans, mais l’amarre manque de solidité, se détache, la barque prend le large et est entraînée par le courant. Plus loin, c’est le barrage où fatalement, la barque doit sombrer. Devant le danger se révèle le coeur généreux d’André et la lâcheté de Georges. Tandis que ce dernier recule, hésite,André se précipite et sauve l’enfant qui servira de trait d’union entre sa mère et son sauveur.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°268, 11.10.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°37

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 7 au 13.11.1913

Date de la publication électronique :23 June 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004