Les Neuf doigts ou sous l’hypnose d’un mort  –  Maximilian Garri  –  1913

Fiche générale

  • Titre original : Devjat paltsev (Debatc nanbyeb)
  • Numéro de film : 6228
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Le Film Russe
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Maximilian Garri
  • Interprètes : Maximilian Garri
    Vladimirova
  • Scénario :Maximilian Garri
  • Directeur de la photographie : Georges Meyer
  • Chef décorateur : Cheslav Sabinsky

Production

  • Titre original : Devjat paltsev (Debatc nanbyeb)
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Le Film Russe
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Maximilian Garri
  • Scénario :Maximilian Garri
  • Interprètes :Maximilian Garri
    Vladimirova

Fiche technique

  • Photographie :Georges Meyer
  • Chef décorateur :Cheslav Sabinsky

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (595 m)
  • Code télégraphique : Sépia

RÉSUMÉ

Un mari découvre que sa femme a un amant, et que sa faute remonte à l’époque de leur mariage. Et le problème se pose pour lui, douloureux et angoissant : de qui sont les trois enfants dont il est le père putatif ? Il ne le saura jamais, puisque sa femme se refuse à un aveu qui, peut-être, détruirait définitivement son foyer. Le mari n’a pas le courage d’accepter un tel avenir. Il préfère la mort, mais enmourant, il laisse peser sur les coupables un effroyable châtiment. Obéissant à l’horrible suggestion que lui imposa le défunt, la femme étrangle l’une après l’autre deux de ses petites filles. À son réveil, elle croit que ce crime épouvantable est l’oeuvre du mort, dont la main mutilée semble avoir imprimé son empreinte sur le cou des deux victimes. Le chagrin, la peur du mort dont l’effroyable vengeance plane sur eux, fait de l’existence des deux amants une vie de géhenne, de douleur sans recours. Pour soustraire le troisième enfant à la possibilité du meurtre qui la menace, l’amant la veille nuit et jour et découvre la terrifiante vérité. L’enfant est sauvée, mais la mère, brisée par ces événements, meurt dans une crise d’hystérie.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°271, 1.11.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°40

Date de la publication électronique :30 November 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004