La Petite geisha  –  Kaï Hansen  –  1913

Fiche générale

Affiche
  • Titre original : Ljubov Japonki
  • Numéro de film : 6242
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Le Film Russe
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Kaï Hansen
  • Interprètes : Gonako Oota (Hanako)
    A. Roudnizki (Orloff)
    E. Smirnova (Rayskaya)
  • Scénario :S. Gavin
  • Directeur de la photographie : Georges Meyer
  • Chef décorateur : Cheslav Sabinsky

Production

  • Titre original : Ljubov Japonki
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Le Film Russe
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Kaï Hansen
  • Scénario :S. Gavin
  • Interprètes :Gonako Oota (Hanako)
    A. Roudnizki (Orloff)
    E. Smirnova (Rayskaya)

Fiche technique

  • Photographie :Georges Meyer
  • Chef décorateur :Cheslav Sabinsky

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (705 m)
  • Code télégraphique : Serapeum

RÉSUMÉ

Le blessé russe Orloff, soigné dans un hôpital japonais, est veillé avec dévouement par l’infirmière volontaire Hanako. Dans le décor mièvre et maniéré des choses de là-bas, Hanako, petite et parée comme une poupée japonaise, lui paraît charmante. Il s’éprend d’elle et lui offre son nom. Sur le refus du père d’Hanako, le lieutenant Orloff enlève la petite geisha et la ramène à Moscou. À Moscou, la lune de miel dure quelques semaines, puis Orloff s’ennuie, revoit ses amis de jadis. On fête joyeusement son retour. Hanako, pour faire honneur aux invités d’Orloff, mime une danse de son pays. La belle Rayskaya, jalouse du succès de la petite geisha, cherche à l’humilier et, par une danse lascive, provoque le lieutenant. Loin de son pays natal, la petite Hanako ne semble plus si jolie au volage Orloff qui lui préfère maintenant la belle Rayskaya. Hanako, résolue à se défendre, se rend chez sa rivale et la supplie humblement de ne pas troubler son bonheur. Mais Rayskaya raille la pauvre geisha et l’instinct violent de sa race qui sommeille dans l’âme de Hanako, se réveille sous l’insulte. Versée dans l’art du jiu-jitsu, elle a vite raison de la cruelle Rayskaya et se prépare à lui plonger un couteau entre les épaules, lorsque la main d’Orloff arrête son geste. Pour punir Hanako, Orloff ne cache plus devant elle son caprice pour Rayskaya. Incapable de surmonter sa douleur, la petite geisha préfère mourir. Tandis que, dans la pièce voisine, Rayskaya rit dans les bras d’Orloff, Hanako se coupe une veine et meurt. Soudain, Rayskaya, qui a installé un thé à la manière japonaise, sur des tapis, pour se moquer de sa rivale, pose sa main dans une flaque de sang. Orloff, épouvanté, ouvre la porte et découvre, baignant dans son sang, la pauvre petite geisha qui, dans son corps de poupée, possédait un coeur de femme capable d’aimer et desouffrir.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°272, 8.11.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°41

Sortie : Cinéma Pathé, Toulouse, 23 au 29.1.1914

Date de la publication électronique :30 November 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004