La Ligue des blasés de la vie  –  Kaï Hansen  –  1913

Fiche générale

  • Titre original : Kommedija smerti (Ligua samooubijts
    ljubov ili smert)
  • Numéro de film : 6330
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Le Film Russe
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Kaï Hansen
  • Interprètes : Vladimir Maximov (Max Braun)
    A. Bestoiejev (Victor)
  • Directeur de la photographie : Georges Meyer

Production

  • Titre original : Kommedija smerti (Ligua samooubijts
    ljubov ili smert)
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Le Film Russe
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Kaï Hansen
  • Interprètes :Vladimir Maximov (Max Braun)
    A. Bestoiejev (Victor)

Fiche technique

  • Photographie :Georges Meyer

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (640 m)
  • Code télégraphique : Situation

RÉSUMÉ

Max Braun, jeune libertin, qui a épuisé toutes les séductions de la vie, remarque le charme candide de l’étudiante Viéra. Il s’enquiert d’elle et apprend qu’elle est la fille de l’avocat Bachkinoff. Sous prétexte d’une consultation juridique, Braun vient trouver l’avocat qui célèbre la fête de sa fille et s’insinue dans la famille. Max Braun découvre avec colère que Viéra a un fiancé qu’elle aime, Sacha, dont il se fait un ami, afin de le perdre plus sûrement dans l’esprit de la jeune fille. Une complice, femme rouée et coquette, se charge d’entraîner le naïf Sacha dans une aventure amoureuse et Viéra, convaincue de la trahison de son fiancé et en proie à un immense désespoir, se laisse abuser par Max Braun. Sur son conseil, elle consent à entrer dans une prétendue Ligue des Blasés de la Vie, dont il se dit le chef, et est initiée à divers rites, bien faits pour frapper son imagination. La candide Viéra prête serment d’obéissance aux règlements de la société, et, par là, s’engage à se suicider le jour où le sort la désignera. Ce jour arrive. Viéra, prenant au sérieux l’abominable mystification de Max Braun, se prépare à quitter la vie. Cependant, sa jeunesse proteste contre le destin. Elle se révolte. Max lui offre alors de la faire échapper à la mort, si elle consent à l’épouser. Viéra, qui éprouve une instinctive répulsion et un secret effroi pour le chef de la Ligue, refuse avec horreur et absorbe sans hésiter le poison qu’il lui tend. Ce prétendu poison n’est qu’un soporifique, qui doit livrer la jeune fille à l’infâme Max Braun. Mais les parents et le fiancé de Viéra, avertis du danger qu’elle court, la retrouvent dans un pavillon de chasse, au moment où elle allait se tuer pour échapper à son persécuteur. Le cauchemar est dissipé et Viéra renaît à la confiance et à la vie.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°279, 27.12.1913

Sujet dans le Bulletin Pathé n°48

Sortie : Cinéma Omnia, Nantes, 11 au 17.3.1914

Date de la publication électronique :30 November 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004