Rigadin victime de l’amour  –  Georges Monca  –  1914

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 6404
  • Genre : Scène comique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Georges Monca
  • Interprètes : Prince
    André Simon
    Charles Lorrain
    Fernad Rivers
    Yvonne Harnold
    Paul Morly...
  • Scénario :Albert Creivhe

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Georges Monca
  • Scénario :Albert Creivhe
  • Interprètes :PrinceAndré Simon
    Charles LorrainFernad Rivers
    Yvonne HarnoldPaul Morly
    Gabrielle Chalon

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : (270 m)
  • Code télégraphique : Soumettre

RÉSUMÉ

En visite chez les Rigadin, la jolie veuve, Jane Dalbreuse est vivement engagée par ses amis à se remarier. Rigadin, qui ne serait pas fâché de se réserver un flirt avec la charmante jeune femme, proteste, en aparté, de ses sentiments enflammés. Sans répondre, Jane, un énigmatique sourire sur les lèvres, songe à son amoureux Oscar Virers, qui guette avec impatience sa sortie. Ce jour-là, il se montre plus pressant et Jane ne le décourage pas. Le soir même, Mme Dalbreuse écrit à Rigadin pour le remercier de son aimable invitation. Mais elle se trompe d’enveloppe, de sorte que Rigadin reçoit le billet adressé au fiancé et lit : “Mon cher ami, vos paroles de tantôt m’ont conquise. J’ai tant besoin d’affection. Venez donc ce soir à 10 heures, et afin d’éviter les indiscrétions, frappez trois coups à la petite porte du parc. Jane”. Dans sa fatuité masculine, Rigadin ne doute pas un instant que le poulet ne soit bien pour lui et, tout frétillant, tout fringant, le voilà qui s’achemine au rendez-vous. Dans la pénombre, Jane ne s’aperçoit d’abord pas de sa méprise. Mais soudain, un rayon de lune ayant éclairé son compagnon, la jeune femme, stupéfaite et effarée, prend la fuite ,et Rigadin, tout déconfit, songe à rejoindre le domicile conjugal. Malheureusement la petite porte est fermée. Que faire ? Un seul moyen s’offre à lui : escalader le mur. L’opération est pénible. Un garde a le temps d’accourir et de loger du plomb dans les parties les plus charnues de l’amoureux nocturne. Il revient en boitant, fait des efforts surhumains pour tenir bonne contenance devant sa femme,mais, de temps à autre, une douleur lancinante lui rappelle sa pitoyable aventure. Cependant, ayant trouvé la jaquette de Rigadin, perdue dans la bagarre, le garde s’aperçoit qu’il n’a pas eu affaire à un vulgaire cambrioleur. Il rapporte le vêtement à son adresse et, involontairement, vend la mèche. Heureusement, tout finit par s’expliquer et Mme Rigadin pardonne à son volage époux, assez puni par sa mésaventure, de ses coupables intentions.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°286, 14.2.1914

Sujet dans le Bulletin Pathé n°3

Sortie : Eden Cinéma Pathé, Marseille, 27.3 au 2.4.1914

Date de la publication électronique :05 novembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004