N’Embrassez pas votre bonne  –  Max Linder  –  1914

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 6448
  • Genre : Scène comique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Max Linder
  • Interprètes : Max Linder
    Paulette Lorsy
  • Scénario :Max Linder

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Max Linder
  • Scénario :Max Linder
  • Interprètes :Max Linder
    Paulette Lorsy

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : (590 m)
  • Code télégraphique : Spirituel

RÉSUMÉ

Pour consoler sa bonne, qui a cassé une assiette, Max a l’imprudence de l’embrasser. “La pénitence est douce” comme dans la chanson : Marie se met à casser des piles d’assiettes, et, de baiser en baiser, la bonne devient bientôt la maîtresse du logis. Sur ces entrefaites, Max se fiance; le jour dumariage arrive, sans qu’il ait eu le courage de rompre avecMarie. Il cherche lemoyen de convoler sans éveiller ses soupçons. Mais comment tromper une femme jalouse ? Marie, pressentant le danger, s’incruste, omet de réveiller son maître, ainsi qu’il le lui a recommandé, retarde de deux heures son réveil matin. Bref, il est 10 heures, la mariée attend son fiancé, que celui-ci est encore au lit, en train de déguster tranquillement son petit déjeuner. On lui dépêche le garçon d’honneur. Entre temps, Max, pour se débarrasser de Marie, a fait semblant d’avaler sa cuiller, et a envoyé la bonne chercher le médecin; mais celle-ci, toujours soupçonneuse, a emporté l’habit de Max, qui ne sait comment sortir de la terrible impasse où son imprudence l’a conduit. Enfin, il persuade le garçon d’honneur, bon type d’abruti, qu’il est très malade, l’engage à se coucher à sa place, endosse son habit et arrive à temps pour se marier. Tout danger, cependant, n’est pas conjuré. Il ne tarde pas à se manifester, sous forme d’une bruyante irruption de Marie pendant le repas de noces. Max prend lemeilleur parti : celui de filer à l’anglaise pour son voyage de noces, tandis qu’une explication orageuse éclate entre Marie et les beaux-parents,aumilieu de l’ahurissement de toute la noce.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°289, 7.3.1914

Sujet dans le Bulletin Pathé n°6

Sortie : Eden Cinéma Pathé, Marseille, 17 au 23.4.1914

Date de la publication électronique :02 July 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004