La Fille de Delft  –  Alfred Machin  –  1914

Fiche générale

  • Numéro de film : 6411
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Belge-Cinéma-Film
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Alfred Machin
  • Interprètes : Germaine Kaisen (Kate
    la ballerine à l’âge adulte)
    Blanche Montel (Kate enfant)
    Blanche Derval (la ballerine)
    Paule Bréval (une religieuse)
    Fernande Dépernay
    le petit Fernand Gravey (Jef)
    Goidsen (l’aéronaute)...
  • Scénario :Alfred Machin
  • Directeur de la photographie : Jacques Bizeuil
  • Chef décorateur : Raoul Morand

Production

  • Production :Belge-Cinéma-Film
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Alfred Machin
  • Scénario :Alfred Machin
  • Interprètes :Germaine Kaisen (Kate
    la ballerine à l’âge adulte)
    Blanche Montel (Kate enfant)
    Blanche Derval (la ballerine)
    Paule Bréval (une religieuse)
    Fernande Dépernay
    le petit Fernand Gravey (Jef)
    Goidsen (l’aéronaute)
    Harzé (le meunier)
    Richard (le directeur du théâtre)
    Max Péral (un fêtard)
    Jean François Martial
    Georges Mertens
    les danseuses du corps de ballet de la Monnaie de Bruxelles.

Fiche technique

  • Photographie :Jacques Bizeuil
  • Chef décorateur :Raoul Morand

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1360 m dont 1220 en coul.)
  • Code télégraphique : Soupirail

RÉSUMÉ

C’est d’abord une jolie idylle enfantine entre Kate, fille du meunier de Schooejans e tJef, le petit berger, à Delft, dans le décordes canaux sous des voussures d’arbres vert paon, avec un recul de ponts en dos d’âne, des champs bariolés de jacinthes et de tulipes et des grosses fermes grasses des polders. À la fête des Floralies, où l’on se rend en longs chapelets de villages et de hameaux, les deux enfants ont remporté le premier prix pour leur joli attelage enluminé de tulipes. Mais le lendemain de ce jour de fête, un épouvantable orage dévaste la campagne de Delft. Le moulin de Schoonejans est abattu par la foudre et le meunier est tué. C’est la misère pour la veuve et l’orpheline. Mme Schoonejans, se rappelant de l’offre d’un directeur de music-hall d’Amsterdam, qui a applaudi Kate et Jef dans leurs danses, aux Floralies, lui conduit sa fille et Kate est engagée comme danseuse. Les années passent. Kate est devenue une danseuse célèbre. Jef, demeuré auprès de ses moutons, après une escapade pour tenter de rejoindre son amie, n’apasoublié Kate. Mais Kate n’aime plus Jef. Elle le lui fait comprendre, un jour qu’il est venu à pied de Delft à Amsterdam, pour revoir, dans son triomphe, son oublieuse amie. Jef retourne, le coeur brisé, à sa prairie et à ses moutons. Mais à la suite d’un terrible accident, au cours d’une ascension en sphérique, Kate devient aveugle irrémédiablement. Abandonnée de tous ses admirateurs de la veille, elle vient se réfugier au pays natal, heureuse de retrouver en Jef l’ami fidèle et aimant qu’elle avait dédaigné.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°294, 11.4.1914

Sujet dans le Bulletin Pathé n°11

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 24 au 30.4.1914

Une confusion regrettable qui s’est perpétuée faiasait interpréter le rôle de Jef enfant à Fernand Gravey. Jacques Richard, dans une lettre, m’écrivait que « Jef (ou Joannès) en réalité n’est pas interprété par Fernand Gravey mais par Yolande Maurel » À l’appui de ses dires, il ajoutait que c’était Yolande Maurel elle-même qui, lui donnant des photos du film lui indiqua sans hésitation « sa propre image de fillette blonde travestie en garçon et me désignant du doigt le gamin joufflu que jouait le petit Gravey (juste une silhouette, au contraire) parfaitement reconnaissable si longtemps après. » Dans l’ouvrage édité par la Cinémathèque Royale de Belgique Alfred Machin cinéaste, (photo p.32 et 33), Jacques Richard précise que l’on distingue bien le petit Fernand Gravey « à gauche, au-dessus du chien, en veste à rayures ». À l’appui de ses dires, une photo parue dans un article de André Bencey Les Vedettes de l’écran – Blanche Montel (Cinémagazine n° 22, 2.6.1922, p.301) mentionne bien Blanche Montel et Yvonne Maurel dans La fille de Delft. Seul le prénom change.

Date de la publication électronique :10 December 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004