Seule dans Paris  –  1914

Fiche générale

  • Numéro de film : 6870
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Georges Dorival (Jules Ducrou)
    Émile Milo (Corribas)
    Gaudère (Henri Martin)
    Felix Gandéra
    Émilienne Dux (Mme Rigot)
    Lola Noyr (Antoinette Ducrou)
    Andrée Pascal (Yvonne)

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Interprètes :Georges Dorival (Jules Ducrou)
    Émile Milo (Corribas)
    Gaudère (Henri Martin)
    Felix Gandéra
    Émilienne Dux (Mme Rigot)
    Lola Noyr (Antoinette Ducrou)
    Andrée Pascal (Yvonne)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1170 m)
  • Code télégraphique : Ammorbare

RÉSUMÉ

Contraints par une perte d’argent d’aller chercher fortune en Afrique, les Rigot confient leur fille Marie à une femme, Mme Ducrou qui a une fille prénommée Yvonne. Ducrou vend sa ferme et rejoint son ami Corribas dans une taverne louche. Bientôt, il est complètement dominé par Corribas qui hait Marie. Pour cette raison, Ducrou accepte de vendre l’enfant à un saltimbanque, un nommé Bernard car il a entendu dire que les parents ont été assassinés en Afrique. Ainsi, Marie se trouve engagée dans une troupe ambulante et devient peu à peu une bonne danseuse. Quelques années plus tard, la mère de Marie, miraculeusement sauvée de la mort et devenue riche, revient en Europe pour y chercher sa fille. Elle engage un détective pour retrouver la trace de sa fille mais malheureusement l’homme tombe entre les mains de Corribas qui le tue. En examinant les papiers du mort, Corribas a l’idée de substituer Yvonne à Marie. Mais Yvonne s’enfuit et trouve un refuge chez un honnête serrurier Henri Martin. Corribas cependant la retrouve et, prenant la place du détective, réussit par la ruse à s’emparer de la jeune fille qu’il emmène à la villa de Mme Rigot. Il la menace, si elle parle, de tuer Henri pour lequel Yvonne éprouve plus que de l’amitié. Heureusement, sa trahison est finalement démasquée et, dans une scène pathétique, Mme Rigot retrouve sa fille tandis qu’Yvonne peut entrevoir un futur heureux avec Henri.

En savoir plus

Sujet dans P.W.B., Londres, n°4, 5.9.1914

Date de la publication électronique :21 July 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004