La Petite marchande de fleurs  –  Camille de Morlhon  –  1915

Fiche générale

  • Autre titre : Une erreur tragique
  • Numéro de film : 7196
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Films Valetta
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Camille de Morlhon
  • Interprètes : Pierre Magnier (M. d’Astaing)
    Louise Colliney (Mme d’Astaing)
    Molina
    Maria Fromet (la petite marchande de fleurs)
  • Scénario :Camille de Morlhon

Production

  • Autre titre : Une erreur tragique
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Films Valetta
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Camille de Morlhon
  • Scénario :Camille de Morlhon
  • Interprètes :Pierre Magnier (M. d’Astaing)
    Louise Colliney (Mme d’Astaing)
    Molina
    Maria Fromet (la petite marchande de fleurs)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 115 m dont 980 en couleurs)

RÉSUMÉ

M. et Mme d’Astaing sont un couple sans enfant et ils le regrettent. Un jour, Mme d’Astaing fait l’aumône à une petite marchande de fleurs. Puis, elle va rendre visite à l’enfant et là, apprend qu’elle est maltraitée. Elle met l’enfant dans un pensionnat après avoir fait constater de quelle manière l’homme traitait l’enfant. L’homme se venge en téléphonant au mari qui croit, apercevant son épouse discutant gaiement avec l’avocat, qu’il est trompé. Il quitte le foyer en laissant un simple mot : Je vous laisse à vos nouvelles affections. Mme d’Astaing emmène l’enfant chez elle pour faire la surprise à son mari. Elle y trouve la lettre ! Un an passe. La petite Marthe a vu Mme d’Astaing jeter un journal. Elle cherche dans le journal et lit l’entrefilet. Le soir même, elle quitte la maison, laissant une lettre et se rend à Corbières chez une actrice qui est la maîtresse de M. d’Astaing. Cette dernière, Maud, la renvoie mais aussitôt décide de partir avec d’Astaing. Pendant ce temps, Marthe, épuisée, s’évanouit de fatigue sur un banc. Elle est envoyée dans un hôpital. Elle écrit à sa maman adoptive. L’infirmière lui ayant apporté un renseignement, elle écrit un mot à M. d’Astaing. Ce dernier lit la lettre et part rapidement avec l’infirmière. Au chevet de l’enfant, il apprend la vérité. Mme d’Astaing arrive également à l’hôpital. Marthe fait signe à M. d’Astaing de se cacher. Et, quand sa “maman” après l’avoir embrassée lui demande pourquoi elle est partie, M. d’Astaing paraît.

En savoir plus

Sujet d’après découpage du film (Collection É. Le Roy)

Sortie : La Mutualité, Paris, 24 au 30.9.1915

Date de la publication électronique :28 July 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004