Le Faux père  –  Camille de Morlhon  –  1915

Fiche générale

  • Numéro de film : 7450
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Films Valetta
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Camille de Morlhon
  • Interprètes : Georges Tréville
    Paul Guidé
    André Volbert
    Maurice Donnay
    Pierre Champagne
    Louise Colliney
  • Scénario :Camille de Morlhon

Production

  • Production :Pathé frères
  • Marque Pathé :Films Valetta
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Camille de Morlhon
  • Scénario :Camille de Morlhon
  • Interprètes :Georges Tréville
    Paul Guidé
    André Volbert
    Maurice Donnay
    Pierre Champagne
    Louise Colliney

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 065 m)

RÉSUMÉ

Lorsque Jean Renold, l’ancien forçat évadé de la Louisiane, eut rendu les derniers devoirs à son ami Baratier, chercheur d’émeraudes, tué dans un accident, son chagrin fut immense, car il venait de perdre le seul être qui avait bien voulu le considérer comme un honnête homme. L’histoire de Jean était navrante. Bien qu’innocent, il avait dû expier au bagne le crime d’un autre, jusqu’à ce que, las de cette affreuse existence, il eut conçu le hardi projet de fuir en compagnie d’un certain Claude Lardy. Épuisé de fatigue, Jean seul échoue misérablement au campement de Baratier, dont il gagne la confiance mais un accident terrible supprime à jamais au moment où il devait retourner en France cet ami sincère qui n’avait point rougi de lui tendre la main lorsqu’il avait été malheureux. Jean quitte alors cette terre maudite, revient en France sous l’état civil de son ami. Marthe Baratier, en proie à la plus vive agitation, parcourt l’étroite chambre dont le simple ameublement témoigne de sa modeste condition. Son papa doit arriver aujourd’hui pour rester définitivement près d’elle et Marthe qui l’avait quitté alors qu’elle était bébé, se jette dans les bras de Jean Renold qu’elle croit son père. La jeune fille raconte maintenant sa petite vie et n’omet pas de dévoiler l’idylle charmante qui s’ébauche entre elle et un jeune homme de sa connaissance. Mais brusquement ce dernier, apprenant le retour de M. Baratier revient sur sa parole et déclare en une courte missive que ses projets de mariage sont à jamais brisés pour une cause secrète et douloureuse. L’ex forçat tressaille en voyant la signature du billet. Les souvenirs de son ancienne vie reviennent à sa mémoire. Lui aussi avait eu un fils. Allait-il le retrouver, ce témoin de sa honte passée, celui qui se disait convaincu du crime de son père. Plus de doute maintenant, une courte entrevue a permis à Jean de s’assurer de l’effroyable réalité, mais désireux avant tout de faire le bonheur de Marthe, il parvient à persuader Maurice Renold que ce père qu’il méprise est innocent. Les jeunes gens se marient et vivraient heureux si la fatalité poursuivant encore l’infortuné Renold ne menaçait de briser la quiétude délicieuse dans laquelle vit sa nouvelle famille. Heureusement pour lui, Renold trouve en son fils un confident qui l’aide à effacer, une fois pour toutes, le sinistre passé et le bonheur le plus complet règne maintenant au foyer.

En savoir plus

Sujet dans Programme du Cirque d’Hiver, Paris,19 au 25.11.1915

Sorties : Tivoli Cinéma, Paris, 19 au 25.11.1915

Théâtre Omnia, Rouen, 26.1 au 1.2.1916

Date de la publication électronique :26 August 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004