Les Deux marquises  –  1916

Fiche générale

  • Numéro de film : 7618
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Jean Kemm (marquis Jacques de Fontvielle)
    Paul Escoffier (M. Jules dit l’Américain)
    Marie Louise Derval (Louise de Fontvielle
    l’enfant volé ; et Marie de Fontvielle
    devenue marquise de Rouvres)
    Suzanne Munte (Lina Perlys)
    Léa Piron (la marquise de Fontvielle)
  • Scénario :X. Mitoh

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Scénario :X. Mitoh
  • Interprètes :Jean Kemm (marquis Jacques de Fontvielle)
    Paul Escoffier (M. Jules dit l’Américain)
    Marie Louise Derval (Louise de Fontvielle
    l’enfant volé ; et Marie de Fontvielle
    devenue marquise de Rouvres)
    Suzanne Munte (Lina Perlys)
    Léa Piron (la marquise de Fontvielle)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 180 m)

RÉSUMÉ

Jacques de Fontvielle possédait un intérieur enviable : femme charmante, deux bébés adorables. Une seule ombre à son bonheur : une vieille liaison qui ne lui laissait que des remords. Il avait rompu mais sa maîtresse délaissée avait juré de se venger. Le jour même, une des jumelles, Louisette avait disparu. Vingt ans se sont écoulés. Marie a épousé le marquis de Rouvres. Durant ces années, Louisette élevée par Lina comme sa propre fille s’est transformée en une charmante jeune fille. Mais la ruine de sa mère adoptive fait qu’elle a du accepter un emploi de danseuse dans un music-hall dont le gérant est en réalité le chef d’une bande redoutable, plus connu dans le monde des escarpes sous le nom de Jules l’Américain. Louise voudrait fuir ce milieu interlope mais que la misère l’oblige à supporter. À l’heure de sa mort, Lina, prise de remords, révèle à la jeune fille la vérité sur sa naissance mais meurt avant d’avoir pu lui dire son véritable nom. Troublée, Louise commence à deviner le véritable rôle de M. Jules. Ce dernier, rendu méfiant, la séquestre dans une maison habilement truquée. Un soir, au cours d’une de ses expéditions nocturnes, il ramène un otage qu’il enferme avec Louise : c’est Marie ! La ressemblance entre les deux sœurs est si totale que l’apache s’y laisse prendre et lorsqu’il rend sa prisonnière contre une rançon, c’est Louise qui s’est substituée à Marie afin de le confondre. Quelques jours plus tard, la bande est sous les verrous et les deux sœurs rendues à la tendresse de leurs parents.

En savoir plus

Sujet dans Pathé Journal, n° 1

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 355/51,3.6.1916

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 16 au 22.6.1916

Date de la publication électronique :31 août 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004