Son fils  –  Georges Denola  –  1917

Fiche générale

  • Numéro de film : 7826
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Georges Denola
  • Interprètes : Paul Hubert (Roussel)
    Jean Ayme (Desroches)
    Édmond van Daële (Paul)
    Émile Milo (Simon)
    Maud Richard (Jeanne Pujol)
    Jeanne Brindeau (Mme de Flavigneul)
  • Scénario :d’après le drame d’Anicet Bourgeois

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Georges Denola
  • Scénario :d’après le drame d’Anicet Bourgeois
  • Interprètes :Paul Hubert (Roussel)
    Jean Ayme (Desroches)
    Édmond van Daële (Paul)
    Émile Milo (Simon)
    Maud Richard (Jeanne Pujol)
    Jeanne Brindeau (Mme de Flavigneul)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 140 m)

RÉSUMÉ

Mme de Flavigneul pleure un fils qui lui a été volé à l’âge de 3 mois, voici 20 ans. M. Desroches a un grand fils Paul, que Mme de Flavigneul ne peut voir sans émotion, car son fils aurait le même âge. Paul est venu à Villeneuve pour y surveiller une coupe de bois et surtout pour s’y rencontrer avec Jeanne, la fille de l’aubergiste, une fraîche fille de seize ans, qu’il veut épouser. Le villageois Roussel prétend également à la main de la jeune fille. L’oncle du jeune homme, Simon, qui l’a élevé, lui promet d’écarter son rival. Ce paysan madré, âpre et dur a un secret. Ce secret, il le partage avec Desroches, dont il fut naguère le complice, car Paul est en réalité le fils de Mme de Flavigneul. Simon lui-même l’enleva jadis pour le substituer au fils que Desroches venait de perdre, une grosse question d’héritage s’attachant à cet enfant. Desroches, mis en demeure par Simon d’intervenir entre Jeanne et Paul, rappelle ce dernier à Paris. Il s’occupera lui-même de la coupe du bois et en même temps il fera comprendre à cette petite villageoise qu’elle ne doit pas songer à son fils. L’aubergiste, qui est le débiteur de Simon, est aussi le meilleur tireur du pays. Après une violente querelle entre les deux hommes, Simon est retrouvé mort sur la route, tué d’un coup de fusil. L’arme du crime, retrouvée non loin de là, appartient à l’aubergiste qui est arrêté. Cependant, le vrai coupable est Desroches qui a voulu se débarrasser d’un témoin gênant. Mais Simon a légué à son neveu un héritage bien lourd. Jadis, le paysan méfiant a consigné par écrit les circonstances du rapt. Ces preuves, accablantes pour Desroches, ont été enfouies sous terre où Roussel devait les retrouver, avec l’argent du défunt. Roussel s’émeut à la pensée de l’injustice subie par les victimes de son oncle et de Desroches. Il fait parvenir à Jeanne les documents qui aideront à la réhabilitation de son père et qui, du même coup, rendront à Mme de Flavigneul un fils longuement pleuré.

En savoir plus

Sujet dans Pathé Journal, n° 32

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 392/88, 17.2.1917

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 16 au 22.3.1917

Date de la publication électronique :02 September 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004