La Femme aux yeux verts  –  Alice Guy-Blaché  –  1917

Fiche générale

  • Titre original : The Girl with the green eyes
  • Numéro de film : 7878
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Popular Plays and Players
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Alice Guy-Blaché
  • Interprètes : Katharine Kaelred (Helen Travers)
    Julian L’Estrange (Edward Travers)
    Edith Lyle (Elsie Travers)
    Florence Reed
  • Scénario :d’après la pièce homonyme de Clyde Fitch (N.Y. 1902)

Production

  • Titre original : The Girl with the green eyes
  • Production :Popular Plays and Players
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Alice Guy-Blaché
  • Scénario :d’après la pièce homonyme de Clyde Fitch (N.Y. 1902)
  • Interprètes :Katharine Kaelred (Helen Travers)
    Julian L’Estrange (Edward Travers)
    Edith Lyle (Elsie Travers)
    Florence Reed

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 090 m)

RÉSUMÉ

Le courrier apporte chaque matin au célèbre comédien Edward Travers un flot de lettres d’amour. Mais il reste simplement épris de sa femme dont les prunelles d’émeraudes évoquent “les yeux verts”, ceux de la jalousie dont parle Shakespeare. Si limpide que soit sa vie, Travers a un secret : jadis, une jeune sœur a quitté le foyer familial pour suivre un étranger ; il vient de retrouver la brebis égarée, par un soir d’hiver, au bord d’un étang, à l’heure où, abandonnée par le père de son enfant, la détresse la poussait au suicide. Il l’a empêchée d’accomplir son fatal projet et a pourvu aux frais de son existence à l’insu de sa femme. Arthur Mansfield, prétendant autrefois à la main de celle qui est devenue Mrs Travers, et toujours amoureux, se prévaut de cet état de choses. Trompé lui-même par les apparences, il n’a pas de peine à convaincre la faible Mrs Travers de la trahison de son mari. Celle-ci, éperdue, accueille la déclaration de Mansfield, qui croit pouvoir se flatter, au club, d’obtenir les bonnes grâces de la jeune femme. Ces propos arrivent aux oreilles du mari qui, exaspéré, frapperait Mansfield, si la police n’intervenait à temps. Mrs Travers apprend alors la véritable identité de celle en qui elle avait vu une rivale. La jalousie l’a égarée au point de l’amener à risquer son bonheur. Elle a perdu l’amour de son mari et la vie lui paraissant désormais sans but, elle veut s’empoisonner. Mais Travers pardonne.

En savoir plus

Sujet dans Pathé Journal, n° 47 et dans Bulletin Pathé, New York, n° 18, 5.5.1916

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 398/94, 31.3.1917

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 27.4 au 3.5.1917

  • Localisation des copies : FEREV
  • Description des copies : Pathe Gaumont Archives
Date de la publication électronique :03 September 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004