Rigadin persécuté par Octavie  –  Georges Monca  –  1917

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 7888
  • Genre : Scène comique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Georges Monca
  • Interprètes : Prince (Rigadin)
    Lucy Mareil
    Germaine Risse
    Marcelle Praince

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Georges Monca
  • Interprètes :Prince (Rigadin)
    Lucy Mareil
    Germaine Risse
    Marcelle Praince

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : (400 m)

RÉSUMÉ

Rigadin signe son contrat de mariage. Il est fiancé à une charmante jeune fille, bien dotée, c’est un excellent parti. Soyez exact, lui écrit sa fiancée, à onze heures sonnantes, mon père n’aime pas les retardataires. Mais Rigadin, qui a attendu jusqu’à la dernière minute pour rompre un vieux lien qui l’attache à sa bonne, Octavie, a compté sans cette astucieuse personne. Lorsqu’il lui apprend qu’il s’en va soigner un vieil oncle malade et qu’elle ait à chercher une autre place, Octavie, incrédule, furète dans ses papiers et y découvre le fin mot de l’histoire. Furieuse mais très rouée, elle feint l’ignorance et, le lendemain matin, tandis que Rigadin prend son bain, elle l’avertit que son chien Azor s’est pris la patte dans la cage de l’ascenseur, Rigadin, en costume sommaire, se précipite et Octavie referme sur lui la porte de l’appartement. Rigadin frappe, supplie, menace. En vain ! Octavie le laisse faire la navette du haut en bas de l’escalier, à mesure que les locataires, entrant ou sortant, l’obligent à fuir d’étage en étage. Et le temps passe ! L’heure du contrat a sonné ! Rigadin, affolé, vient de dégringoler les étages devant deux locataires et cherche à échapper à leurs regards, lorsqu’il se trouve nez à nez avec sa fiancée et ses futurs beaux-parents. Comme ce sont de braves gens, ils acceptent l’explication improvisée de Rigadin, qu’on emmène en auto et qui revêt un des costumes de son beau-père. Malheureusement, le pantalon, trop vaste, ne cesse de déserter son poste et le pauvre Rigadin commence seulement à se remettre de ses émotions, lorsqu’à table, il reconnaît en la soubrette qui fait le service l’intraitable Octavie. Celle-ci le compromet si gravement que le malheureux, incapable de réagir, se laisse passer la corde au cou.

En savoir plus

Sujet dans Pathé Journal, n° 48

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 399/95, 7.4.1917

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 11 au 17.5.1917

Date de la publication électronique :03 September 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004