Comtesse de Somerive  –  Jean Kemm et Georges Denola  –  1917

Fiche générale

  • Numéro de film : 8024
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Jean Kemm et Georges Denola
  • Interprètes : Henri Mayer (Le Comte de Somerive)
    Armand Tallier (Kerdren)
    Hélène Plet (La Marquise de Somerive)
    Émilienne Dux (Mme Valory)
    Renée Falconetti(Alix Valory)
    Madeleine Soria (Lucienne de Somerive)
  • Scénario :d’après la pièce de Théodore Barrière

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Jean Kemm et Georges Denola
  • Scénario :d’après la pièce de Théodore Barrière
  • Interprètes :Henri Mayer (Le Comte de Somerive)
    Armand Tallier (Kerdren)
    Hélène Plet (La Marquise de Somerive)
    Émilienne Dux (Mme Valory)
    Renée Falconetti(Alix Valory)
    Madeleine Soria (Lucienne de Somerive)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 165 m)

RÉSUMÉ

Le comte de Somerive, à cinquante ans, est resté seul avec sa fille Lucienne dont la mère a disparu 20 ans auparavant. Mais le mystère qui entoure la disparition de sa mère et la tristesse de son père ont empreint sa jeunesse de mélancolie. Heureusement, ses fiançailles avec Henry de Kerdren ont transformé son existence. Ce bonheur est cependant de courte durée. Henry est tombé amoureux de Alix Valory qui habite la propriété voisine. Les deux jeunes filles se haïssent bientôt. Mais Mme Valory semble s’émouvoir plus vivement du chagrin de Lucienne que du bonheur de sa fille. Comment Alix pourrait-elle soupçonner que sa mère est cette comtesse de Somerive ! Quelqu’un, pourtant, a deviné le secret de Mme Valory et vient défendre auprès d’elle, la cause de Lucienne. Elle tente d’intercéder auprès d’Alix mais celle-ci riposte qu’elle connaît trop sa mère pour croire qu’elle a été l’amie d’une femme qui a manqué à ses devoirs. Alors M. de Somerive conclut : Je n’aurais jamais rêvé une vengeance aussi terrible. Une fille prononçant l’arrêt de sa mère ! Alors, Alix, après s’être cependant jeté dans les bras de sa mère, va se noyer.

En savoir plus

Sujet dans Pathé Journal, Pr50, 1917

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 430/126, 10.11.1917

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 14 au 20.12.1917

Date de la publication électronique :08 September 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004