Reine s’ennuie (La) (15ème épisode : Le Secret du Brahmane)  –  George Brackett Seitz  –  1918

Fiche générale

  • Titre original : The Fatal Ring
  • Numéro de film : 8128
  • Genre : Scène d’aventures policières
  • Production :Astra Film Corporation
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :George Brackett Seitz
  • Interprètes : Pearl White (Pearl Standish)
    Earl Fox
    Warner Oland
    Floyd Buckley
    Caesare Gravina
    Ruby Hoffman
    Henry G. Sell
    Mattie Ferguson
  • Scénario :Bertram Millhauser d’après une histoire de Fred Jackson

Production

  • Titre original : The Fatal Ring
  • Production :Astra Film Corporation
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :George Brackett Seitz
  • Scénario :Bertram Millhauser d’après une histoire de Fred Jackson
  • Interprètes :Pearl White (Pearl Standish)
    Earl Fox
    Warner Oland
    Floyd Buckley
    Caesare Gravina
    Ruby Hoffman
    Henry G. Sell
    Mattie Ferguson

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène d’aventures policières
  • Métrage : (635 m)

RÉSUMÉ

La prêtresse de Siva réussit enfin à récupérer le diamant et s’embarque pour les Indes. Carslake qui ne désarme pas prend le même bateau. Il réussit encore une fois à s’emparer du diamant et du même coup arrive à délier les lèvres du Brahmane mais Tom et Pearl ont détruit le dangereux secret. Ils empêchent ainsi Carslake de réaliser ses ténébreux projets et annihilé également le pouvoir du diamant violet et la puissance occulte des prêtres de Siva.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal, du n° 441/137, 26.1.1918 au n° 455/151, 4.5.1918

Sortie : Omnia Pathé, Paris, du 1.3 au 7.6.1918

Note 1 : La Reine s’ennuie est l’adaptation du serial The Fatal Ring qui comprenait 20 épisodes ramenés en France à 15 épisodes. Il débuta aux États-Unis le 8.7.1917. Les résumés des épisodes sont tirés des notices explicatives parues dans le bi-mensuel Filma du n° 19 du 1/15.3.1918 au n° 26 du 16/30.6.1918. Kalton C. Lahue écrit dans son ouvrage déjà cité : Pearl White made the most of her rôle in The Fatal Ring and added fresh laurels to her reputation.

Note 2 : Louis Delluc écrivait à propos de Pearl White : Pearl White me plaît beaucoup. Il est entendu que ses films sont idiots ou, ce qui est pis, idiotement fait. Les gens qui ont tourné Les Mystères de New York, Les Exploits d’Elaine, La reine s’ennuie, sont inexcusables d’avoir tiré un si médiocre parti des éléments dont ils disposaient… Du moins ils profitent du nom, de la bonne humeur, de l’autorité de Pearl White qui plaît à tous beaucoup et me plaît davantage. Cinégraphiquement, elle est très au point. Son allure, ses gestes, son minimum d’expression et sa personnalité sportive la rendent tout à fait précieuse pour l’écran.

Date de la publication électronique :09 September 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004