Argent qui tue (L’)  –  Georges Denola  –  1918

Fiche générale

  • Numéro de film : 8129
  • Genre : Scène dramatique
  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Georges Denola
  • Interprètes : Pierre Magnier (Herbelin)
    Germaine de France (Marguerite Dufrène)
    Juliette Clarens (Madeleine Monteaux)
  • Scénario : J. H. Rosny aîné

Production

  • Production : Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Georges Denola
  • Scénario : J. H. Rosny aîné
  • Interprètes : Pierre Magnier (Herbelin)
    Germaine de France (Marguerite Dufrène)
    Juliette Clarens (Madeleine Monteaux)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 190 m)

RÉSUMÉ

Le docteur Herbelin, dévoré d’ambition, connu dans les milieux scientifiques par ses remarquables travaux sur la pathologie infantile, consacre au travail le temps que ses collègues d’internat emploient à se faire une riche clientèle. Mais l’argent, ce levier, lui fait défaut et il se désespère. Un jour, un de ses riches clients, Charles Plessis, meurt entre ses mains, malgré les soins intelligents et dévoués qu’il lui prodigue. Son attention est attirée sur le bureau du défunt par une liasse de billets de banque et de valeurs diverses. Une voix intérieure lui crie : Faute d’argent, tes longs efforts, ton talent restent stériles. Riche, tu peux devenir un Prince de la Science, un bienfaiteur de l’humanité. Laisseras-tu cette fortune à des oisifs, à des incapables ? Il succombe à la tentation. La justice s’empare de l’affaire qui, faute de preuves, est bientôt classée. Voilà Herbelin riche. Mais son bonheur est troublé par la pensée de ceux qu’il a lésés. Un testament retrouvé parmi les papiers lui apprend que les héritiers légitimes de Charles Plessis sont M. Dufrène et sa fille Marguerite. Herbelin achève par un mariage d’amour l’édifice de son bonheur. Il offre à M. Dufrène un emploi de secrétaire largement rétribué. Mais bientôt il tombe amoureux de Marguerite. Cette dernière non plus n’est pas indifférente. La demande en mariage d’un jeune officier de marine fait qu’ils s’avouent l’un et l’autre leur amour réciproque. Marguerite, cependant, trop droite et trop éprise se donne la mort provoquant la folie d’Herbelin.

En savoir plus

Sujet dans Programme du Cinéma Castillet, Perpignan, 6 au 9.9.1918

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 460/156, 8.6.1918

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 12 au 18.7.1917

Date de la publication électronique : 09 septembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004