La Double existence du docteur Morart  –  Jacques Grétillat  –  1920

Fiche générale

  • Numéro de film : 8512
  • Genre : Scène dramatique
  • Production : Pathé
  • Édition : Pathé
  • Réalisateur :Jacques Grétillat
  • Interprètes : Jacques Grétillat (Dr Morart)
    Jean Debucourt (Paul Morart)
    Pierre Hot (Saurel)
    Émile Drain (Le Dr André)
    André Marnay (Le Dr Le Sage)
    Jeanne Delvair (Hélène Morart)
    Germaine Sablon (Yvonne Saurel)
  • Scénario :drame social du Docteur Toulouse et André de Lorde
  • Directeur de la photographie : Géo Kessler

Production

  • Production : Pathé
  • Édition : Pathé

Fiche artistique

  • Réalisateur :Jacques Grétillat
  • Scénario :drame social du Docteur Toulouse et André de Lorde
  • Interprètes :Jacques Grétillat (Dr Morart)
    Jean Debucourt (Paul Morart)
    Pierre Hot (Saurel)
    Émile Drain (Le Dr André)
    André Marnay (Le Dr Le Sage)
    Jeanne Delvair (Hélène Morart)
    Germaine Sablon (Yvonne Saurel)

Fiche technique

  • Directeur de la photo :Géo Kessler

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 275 m)

RÉSUMÉ

Le docteur Morart est ramené inconscient chez lui le soir des fiançailles de son fils Paul. Mais cet homme cache un secret. Sa femme conçoit des soupçons sur la fidélité de son mari. Elle croit tenir la douloureuse vérité lorsqu’un jour elle le suit et voit une femme pénétrer dans une villa peu après son mari. Mais son fils découvre un jour la vérité : son père est alcoolique. Paul effrayé et ayant peur d’être victime lui-même des suites du vice de son père rompt avec sa fiancée. Celle-ci s’évanouit de douleur et en tombant se fracture le crâne. Morart, pris par son vice, ne peut opérer et c’est un interne qui sauve la jeune fille. Le docteur meurt dans une crise de delirium tremens. Paul entre temps a appris que le docteur n’était pas son père et ainsi il peut épouser Yvonne.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Programme n° 10

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 5 au 11.3.1920

Note critique : "Cela a du cran, c’est du bon de Lorde, et l’on vit rudement avec ce récit qui a un sens… Je regrette que l’on ait sacrifié parfois le relief de la mise en scène. Elle est un peu grise. …M. Grétillat est remarquable. Son interprétation de La double existence est supérieure à tout ce qu’il a fait jusqu’ici. Voilà du cinéma, et voilà du muscle." - L. Delluc in "Paris-Midi", 10.3.1920

Présentation corporative : 27.1.1920
  • Sortie : 27.1.1920
Date de la publication électronique :17 septembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004