Les Cinq gentlemen maudits  –  Luitz-Morat et Pierre Regnier  –  1920

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 8619
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Les Films L.M.-Regnier
  • Édition : Pathé
  • Réalisateur :Luitz-Morat et Pierre Regnier
  • Interprètes : Luitz-Morat (Kaladjian)
    André Luguet (Le Guerantec)
    Pierre Regnier (M. Lawson)
    Yvonne Devigne (Jacqueline Delvias)
    Aïcha Mabrouka (la marchande d’amulettes)
    Ahmed ben Abdallah (son père)...
  • Scénario :d’après la nouvelle de André Reuze
  • Directeur de la photographie : Frank Daniau-Johnston
  • Chef décorateur : Francis Jourdain

Production

  • Production :Les Films L.M.-Regnier
  • Édition : Pathé

Fiche artistique

  • Réalisateur :Luitz-Morat et Pierre Regnier
  • Scénario :d’après la nouvelle de André Reuze
  • Interprètes :Luitz-Morat (Kaladjian)
    André Luguet (Le Guerantec)
    Pierre Regnier (M. Lawson)
    Yvonne Devigne (Jacqueline Delvias)
    Aïcha Mabrouka (la marchande d’amulettes)
    Ahmed ben Abdallah (son père)
    Ledrument (Henri)
    Jean de Merly

Fiche technique

  • Directeur de la photo :Frank Daniau-Johnston
  • Chef décorateur :Francis Jourdain
  • Décors :Tunisie

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 840 m)

RÉSUMÉ

Yves Le Guérantec, avant de s’embarquer pour un voyage en Orient, pénètre dans une fumerie d’opium et là, fait la connaissance de Kaladjian. À Marseille, Le Guérantec et Kaladjian rencontrent un ami de ce dernier Lawson. Ils s’embarquent pour Tunis. Sur le bateau, Le Guérantec retrouve la jeune fille de la fumerie, Jacqueline Delviaz qui rejoint son oncle, planteur dans le sud tunisien. À Tunis, l’oncle invite nos trois amis à venir lui rendre visite. À Tunis, Kaladjian et Lawson retrouvent deux autres camarades, Middlock et Madolini. Au cours d’une promenade, l’un d’eux, par plaisanterie ôte son voile à une petite marchande d’amulettes. Un vieillard, furieux, leur jette un sort, leur prédisant la mort en indiquant même l’ordre dans lesquels ils mourront. Au cours d’une promenade en mer, Middlock tombe à la mer et disparaît. Puis Lawson et Madolini partent pour Naples. De là, Madolini télégraphie que Lawson est mort. Kaladjian et Le Guérantec ayant accepté l’invitation de l’oncle essaient d’oublier ces drames au cours de fêtes arabes. Le Guérantec est de plus en plus épris de Jacqueline. Il reçoit de Madolini une lettre mystérieuse lui donnant rendez-vous nocturne près d’un petit marabout en lui demandant de n’en parler à personne. Le Guérantec, intrigué, va au rendez-vous et il découvre Madolini, mort, un poignard arabe planté entre les deux épaules. Quelque temps après, Le Guérantec et Kaladjian retournent à Tunis pour y rechercher le sorcier. Kaladjian perd au jeu, veut se suicider et Le Guérantec s’engage à payer ses dettes qui se montent à 400 000 francs. Mais, peu après, Le Guérantec s’aperçoit qu’il a été joué et que toute cette histoire n’était qu’une vaste mise en scène pour lui extorquer de l’argent. Il les fait arrêter et peu après épouse Jacqueline.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Programme n° 36

Sortie : Paris Ciné, Paris, 3 au 9.9.1920

Note critique : "Il racconto" à grande sensation, "è cosparso di lungaggini, di asinerie, di cattivo gusto, di scene false.…L’interpretazione è da parte di tutti gli interpreti, volgarissima ed inesatta dal principio alla fine ; la fotografia è, bene spesso, perfino cattiva, l’ambiente orientale è falso e grottesco…" - In "La Cine-Fono", n° 440, 1921

Présentation corporative : 27.7.1920
  • Sortie : 27.7.1920
Date de la publication électronique :23 septembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004