Mélo  –  Paul Czinner  –  1932

Fiche générale

  • Pays de production :France
  • Genre : Drame
  • Durée : 95 mn (2400 mètres)
  • Production :Pathé Natan
    Matador Film
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Paul Czinner
  • Interprètes : Gaby Morlay (Romaine)
    Pierre Blanchar (Pierre)
    Victor Francen (Marcel Blanc)
    Jean Bara
    Maria Fromet (Christine)
    Georges Colin
    Henri Bonvallet (Le docteur)
    Guy Favières (Le Valet)
  • Scénario :Carl Mayer
    Paul Czinner
    Henry Bernstein
  • Dialogues :Henry Bernstein
  • Directeur de la photographie : Jules Krüger
    René Ribault ...
  • Compositeur de la musique : Vladimir Golschmann
  • Chef décorateur : Zander & Carré

Production

  • Pays de production :France
  • Production :Pathé Natan
    Matador Film
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Paul Czinner
  • Scénario :Carl Mayer
    Paul Czinner
    Henry Bernstein
  • Œuvre de référence :d'après la pièce d'Henry Bernstein
  • Dialogues :Henry Bernstein
  • Interprètes :Gaby Morlay (Romaine)
    Pierre Blanchar (Pierre)
    Victor Francen (Marcel Blanc)
    Jean Bara
    Maria Fromet (Christine)
    Georges Colin
    Henri Bonvallet (Le docteur)
    Guy Favières (Le Valet)

Fiche technique

  • Directeur de la photo :Jules Krüger
    René Ribault
    Lucien Grumberg (assistant)
  • Compositeur de la musique :Vladimir Golschmann
  • Ingénieur du son :Louis Bogé
  • Chef décorateur :Zander & Carré
  • Son :Procédé R. C. A. Photophone
  • Atelier photographique :Studio Pathé Natan

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Métrage : long métrage
  • Durée : 95 mn (2400 mètres)

RÉSUMÉ

Pierre, premier violon dans un orchestre classique, adore Romaine, sa jeune femme. Ce soir, Pierre a retrouvé Marcel, un camarade du Conservatoire. Virtuose réputé, Marcel donne dans le monde entier des concerts très suivis. Les deux amis s'étaient perdus de vue. Heureux de la rencontre ils décident de passer la soirée ensemble. Toujours en voyage, Marcel est resté célibataire. Il fuit les femmes et elles sont une obsession pour lui. Les occasions pourtant ne lui manquent guère. Ainsi, tout à l'heure encore, le concert achevé, une femme est entrée dans sa loge. Par mégarde sans doute, car elle a vite disparu comme une vision. Il en reste tout ébloui. Qui est-elle ?Pierre, amusé, l'entraîne à son domicile, malgré l'heure tardive. Il lui présente sa femme aimée. Et Marcel reconnaît en Romaine, la belle apparition qui a illuminé sa loge et son cœur. Un silence gêné plane sur eux. Romaine demande à Marcel de jouer. Il y a dans lame de son violon, des frémissements inoubliables. Dans un bref tête à tête elle obtient qu'il joue pour elle seule, demain à quatre heures chez lui.Marcel est loyal. Pierre est son ami. Un monde de sentiments inexprimés les enveloppes. Il résiste à un penchant pourtant très puissant. Romaine va donc partir comme est venue. Elle est désemparée, elle chancelle, et, sur la porte, instinctivement, leurs bouches s'unissent.Depuis six semaines ils sont amants.La fausse situation où ils vivent met sur leur amour une ombre intolérable. Marcel en souffre comme d'un immense remords.Mais Pierre est soudain gravement malade. Romaine ne sent pas le courage de l'abandonner. L'état de Pierre demande les plus grands soins. On craint même qu'il ne devienne tout à fait sourd. Cette perspective épouvante Pierre et le désespéré. Romaine, bouleversée, lui prodige des paroles d'espoir. Sa place est près de ce mari infortuné qu'elle a tant aimé. De retour, Marcel, plus épris que jamais veut revoir Romaine. Il l'emmènera bien loin, dans les beaux pays dignes de leur amour. Pierre s'est rétabli. Il a repris goût à la vie. Il voit Romaine pâle, faible. Elle l'a soigné avec tant de dévouement. Ils s'aimeront comme avant, comme toujours.Romaine est muette et déchirée entre ces deux hommes. Il y a en elle un grand, un douloureux renoncement. Les choses de la vie sont trop fortes pour son pauvre cœur.Le lendemain on repêche dans la seine son joli corps.Elle laisse une lettre pour Pierre. Elle lui demande en grâce comme testament de ne pas trop souffrir, de panser l'horrible blessure qu'elle lui a faite malgré elle. Elle l'en conjure gentiment, tendrement, avec tous les jolis mots qui, hier encore, mettaient comme des ailes à leur amour.Deux ans se passent. Pierre et Marcel se retrouvent. Chacun a beaucoup souffert. Marcel est las de la vie, il offre à Pierre de venir partager sa retraite. Il a en Suisse une petite propriété. Ils parleront de Romaine…

En savoir plus

Présentation corporative le 17 octobre 1932. Sortie au cinéma Marivaux. Une version allemande (Des Traümende Mund, Paul Czinner) et anglaise (Dreaming Lips, Paul Czinner) sont également tournées avec Elisabeth Bergner dans le rôle principal pour les deux versions. La version allemande est sortie le 04 août 1933 (Le Petit Parisien). Avec la participation de l'orchestre symphonique Pathé-Natan, conduite par Maurice Jaubert. Soli de violon : Gabriel Bouillon. Réalisé dans les studios sonores de Joinville-le-Pont.


  • Sortie : 21/10/1932
Date de la publication électronique :04 October 2009
Sources :
  • Bessy, Maurice ; Chirat, Raymond, Histoire du cinéma français, encyclopédie des films, Pygmalion/Gérard Watelet, 1929 - 1934 ; Raymond ; Kermabon, Jacques (dir.), Pathé premier empire du cinéma, Filmographie, Editions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1994 ; Cinémonde, N° 209, 20 octobre 1932, collection André Bernard, Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Tout Cinéma: Annuaire général illustré du monde cinématographique, 1934, Publications Filma ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Petit Parisien, 21 octobre 1932, p. 6, collection de la BNF