La Merveilleuse journée  –  Robert Wyler / Yves Mirande  –  1932

Fiche générale

  • Pays de production :France
  • Genre : Comédie
  • Durée : 2400(mètres)
  • Production :Pathé Natan
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Robert Wyler
    Yves Mirande
  • Interprètes : Florelle (Gladys)
    Milly Mathis (la pharmacienne)
    Mona Goya (la jeune femme)
    Anna Lefeuvrier
    Jeanne Bernard
    Marthe Riche
    Marguerite de Morlaye
    Frédéric Duvallès (Blaise)...
  • Scénario :Yves Mirande
  • Dialogues :Yves Mirande
  • Directeur de production :Delmonde
  • Directeur de la photographie : Raymond Agnel
    René Colas
  • Compositeur de la musique : Jane Bos
  • Monteur : Léonide Moguy
  • Chef décorateur : Lucien Aguettand

Production

  • Pays de production :France
  • Production :Pathé Natan
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Directeur de production :Delmonde

Fiche artistique

  • Réalisateur :Robert Wyler
    Yves Mirande
  • Scénario :Yves Mirande
  • Œuvre de référence :D'après la pièce d'Yves Mirande et Gustave Quinson
  • Dialogues :Yves Mirande
  • Interprètes :Florelle (Gladys)
    Milly Mathis (la pharmacienne)
    Mona Goya (la jeune femme)
    Anna Lefeuvrier
    Jeanne Bernard
    Marthe Riche
    Marguerite de Morlaye
    Frédéric Duvallès (Blaise)
    Lucien Brûlé (Felloux)
    Jean Aquistapace (le pharmacien)
    Maupi (Octave)
    Fichel (le bijoutier)
    André Alerme (le docteur)
    Christian Gérard

Fiche technique

  • Photographie :Raymond Agnel
    René Colas
  • Compositeur de la musique :Jane Bos
  • Ingénieur du son :Robert Teisseire
  • Monteur :Léonide Moguy
  • Chef décorateur :Lucien Aguettand
  • Atelier photographique :Studio Pathé Natan

Résumé et notes

  • Genre : Comédie
  • Métrage : long métrage
  • Durée : 2400(mètres)

RÉSUMÉ

Blaise est aide-pharmacien à Cassis, en Provence. Pendant que son patron s'adonne aux délices du jeu de boules, Blaise, entouré de flacons, caresse des rêves de fortune et savoure avec la pharmacienne les joies coupables d'un amour toujours sur le qui-vive. Les deux amoureux abritent leurs épanchements dans le silence obscur de la « réserve ». De ces subreptices rencontres, ils gardent un invincible parfum de naphtaline. « Je n'aime et n'ai aimé que toi », lui dit cette amante romanesque. Et Blaise conçoit une grande fierté d'avoir pour maîtresse une femme mariée. Dans la baie de Cassis, un joli yacht balance sa silhouette élégante. Ce bateau fait la fortune du pays. Son propriétaire, M. Felloux, jeune millionnaire désœuvré ; y coule des jours mélancoliques. II se croit malade. L'unique médecin du pays, de connivence avec le pharmacien, l'entretient dans ce souci profitable. Il faut que ce client béni reste parmi eux. C'est l'avis de tout le monde, sauf de Gladys, la jolie infirmière. Celle-ci n'est pas dupe. Elle connaît le mal qui ronge son jeune patron : l'ennui. Qu'il vive, qu'il s'amuse et il sera guéri comme par miracle ! Elle le convainc enfin et Felloux décide de mener désormais une existence plus agréable. Ils partiront. Cette nouvelle jette la consternation dans la ville. C'est un vrai désastre. Le pharmacien ne cache pas son amertume. Il est de méchante humeur. Tout l'irrite. II en arrive à reprocher à. sa femme cette horrible odeur de naphtaline qui ne la quitte point depuis leur mariage. Mais alors Blaise n'est pas son premier amant ! Elle le lui avait pourtant bien, juré ! Il fuira cette maison trompeuse, cette femme dévergondée. Puisque le millionnaire part, il le suivra ; il lui continuera ses soins à bord. Et grâce à son nouveau patron, Blaise connaît les éblouissements du luxe et du plaisir. Les mystères du baccara le confondent. Est-il possible qu'on gagne tant, d'argent et aussi facilement? Il fera fortune, lui aussi. Et il joue. Son innocence est un vrai porte-veine. Il gagne quelques centaines de mille francs, et cela lui apparaît tout naturel. Il fume de gros cigares, il boit du champagne. Il décoche aux jolies femmes des regards assurés et vainqueurs. Une légende avantageuse l'entoure. Il est aussi la proie des écornifleurs. Fastueux. Il achète à un bijoutier de rencontre un collier de 150.000 francs qu'il offre à une belle femme inconnue, mais certainement du plus grand monde. Il veut même lui offrir un beau château. Juste le temps de le gagner au baccara. Jeu d'enfant pour lui !En un clin d'œil, Blaise a tout perdu ... Il essaye, mais en vain, de s'expliquer un si inique retour de fortune. Ruiné, il disparaît. Il regagne la triste pharmacie. Adieu la vie aimable, adieu les amours élégantes !... La jolie femme du grand monde, il n'y faut plus penser ... La voici pourtant devant lui. Elle ne comprend rien à sa fuite ... Blaise est obligé de confesser sa vraie situation, qui n'a rien de flatteur ... La jolie femme avoue, avec un joli sourire qu'elle n'est qu'un simple professeur de piano en rupture de solfège. Elle est bien contente de savoir que Blaise est pauvre comme elle. Il n'aura qu'à s'établir pharmacien. Ils seront heureux dans une existence paisible. Il faut de l'argent pour acheter une pharmacie ? Elle le sait bien. N'y a-t-il pas le collier offert par Blaise ? Il est à vous, dit celui-ci. -Non, dit-elle, il est à nous.

En savoir plus

Présentation corporative le 26 octobre. Sortie à l'Olympia. Version précédente ""La Merveilleuse journée"" (1928) de René Barbéris avec Dolly Davis et André Roanne.


  • Sortie : 18/11/1932
Date de la publication électronique :04 October 2009
Sources :
  • Bessy, Maurice ; Chirat, Raymond, Histoire du cinéma français, encyclopédie des films, Pygmalion/Gérard Watelet, 1929 - 1934; Raymond ; Kermabon, Jacques (dir.), Pathé premier empire du cinéma, Filmographie, Editions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1994 ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Tout Cinéma: Annuaire général illustré du monde cinématographique, 1931, Publications Filma ; Le Petit Parisien, 17 novembre 1932, collection de la BNF