Secrets  –  Pierre Blanchar  –  1943

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production :France
  • Genre : Comédie dramatique
  • Durée : 100 min.
  • Production :Société d'Exploitation des Etablissements Pathé Cinéma (SEEPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Pierre Blanchar
  • Interprètes : Pierre Blanchar (René Belsaguy)
    Marie Dea (Marie-Thérèse Danglade)
    Jacques Dumesnil (Pierre Danglade)
    Carlettina (Pitou)
    Suzy Carrier (Claire)
    Gilbert Gil (Michel)...
  • Adaptation :Bernard Zimmer
  • Dialogues :Bernard Zimmer
  • Directeur de production :Raymond Borderie
    Christian Stengel
  • Directeur de la photographie : Christian Stengel
  • Chef opérateur : René Ribault (opérateur)
    Ernest Bourreaud (opérateur)...
  • Compositeur de la musique : Arthur Honegger
  • Monteur : Germaine Fouquet
  • Chef décorateur : Jean Perier
    Lucien Carré (assistant)
  • Costumier : George Annenkoff

Production

  • Pays de production :France
  • Production :Société d'Exploitation des Etablissements Pathé Cinéma (SEEPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Directeur de production :Raymond Borderie
    Christian Stengel

Fiche artistique

  • Réalisateur :Pierre Blanchar
  • Adaptation :Bernard Zimmer
  • Œuvre de référence :D'après la pièce d'Ivan Tourguenev ""Un mois à la campagne""
  • Dialogues :Bernard Zimmer
  • Scripte :Irène de St-Hippolyte
  • Interprètes :Pierre Blanchar (René Belsaguy)
    Marie Dea (Marie-Thérèse Danglade)
    Jacques Dumesnil (Pierre Danglade)
    Carlettina (Pitou)
    Suzy Carrier (Claire)
    Gilbert Gil (Michel)
    Marguerite Moreno (Mme Augusta)
    Madelaine Geoffroy (Agathe)
    Geneviève Morel (Magali)
    Mourriès (le docteur)
    Eugène Chevalier (Vincent)
    Max Dalban (Monsieurs Amadou)

Fiche technique

  • Photographie :Christian Stengel
  • Chef opérateur :René Ribault (opérateur)
    Ernest Bourreaud (opérateur)
    Roger Gleise (opérateur)
  • Compositeur de la musique :Arthur Honegger
  • Ingénieur du son :Pierre Calvet
  • Monteur :Germaine Fouquet
  • Chef décorateur :Jean Perier
    Lucien Carré (assistant)
  • Costumier :George Annenkoff
  • Son :Procédé R. C. A. Photophone
  • Maquilleur :Marcel Rey
  • Régisseur :Georges Fontenelle (Régiseur Général)
    Georges Jaffé (Régie)
    Louis Germain (Régie)
  • Assistant réalisateur :Roger Mercanton

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : long métrage
  • Durée : 100 min.

RÉSUMÉ

En Provence, dans leur jolie propriété, Marie-Thérèse et Pierre Danglade vivent heureux : ils ont un charmant petit garçon d'une douzaine d'années, de la fortune et nul souci. Mais leur existence est trop paisible pour que la moindre contrariété ne prenne pas, à leurs yeux, l'importance d'une catastrophe. Du moins, c'est ainsi qu'ils considèrent l'échec que leur fils, Pitou, vient de subir au collège : l'enfant a mal travaillé et, à la rentrée, il devra redoubler sa classe. A cette nouvelle, le papa se fâche, la maman pleure, mais Pitou soutenu par sa grand'mère, Madame Auguste, se moque pas mal d'être un cancre ! C’est donc dans une atmosphère d'orage que l'ami de la maison, René Belsaguy, arrive chez les Danglade pour y passer, comme chaque année ses vacances. René Belsaguy, dont la quarantaine reste fort séduisante, est célibataire. Il a la réputation d'un viveur invétéré ; pourtant, il prétend n'être réellement épris que d'une seule femme, de la sage Marie-Thérèse et toute la maisonnée l'appelle : « l'amoureux de Madame ».René blague amicalement l'attitude catastrophée de ses amis : Pitou n'a pas travaillé ? La belle affaire ! Qu'on lui donne un répétiteur qui s'occupera de lui pendant le mois d'été et, à la rentrée, le jeune garçon affrontera brillamment son examen de passage d'une classe à l'autre. Justement, le docteur qui soigne les rhumatismes de Madame Auguste, recommande un jeune professeur du lycée de Nîmes, Michel Ayliès, lequel sera très heureux d'ajouter à son traitement des appointements supplémentaires. Pierre Danglade suit le conseil de Belsaguy. La chose est réglée. René est tout à la joie d'avoir retrouvé ses amis. Cette aimable famille lui plaît infiniment : il aime tous les habitants de la paisible maison provençale, depuis la grand'mère, Madame Auguste, jusqu'à la charmante Claire, une orpheline de 17 ans, que les Danglade ont recueillie, mais ses préférences vont à Marie-Thérèse, près de laquelle il goûte cette chose si rare : une amitié compréhensive avec une femme parfaitement honnête. Michel-Ayliès est arrivé. Il est jeune, agréable, facile à vivre. Après quelques ruades, Pitou s'est attaché à lui et toute la maisonnée ne tarde pas à suivre l'exemple du petit garçon. Claire surtout dont la jeunesse est attirée par Michel.C'est alors que Belsaguy, infiniment plus perspicace que ses amis, s'aperçoit que Marie-Thérèse s'est éprise à son insu, du jeune professeur. Pour un oui ou pour un non, elle rabroue Claire dont elle est inconsciemment jalouse et, chose plus grave, elle envisage de la marier avec un certain Monsieur Amadieu, leur voisin, riche quinquagénaire, auquel un mois plus tôt elle a refusé avec indignation la main de la jeune fille. René révèle à Marie-Thérèse qu'elle est amoureuse de Michel. Tout d'abord révoltée, la jeune femme est bien obligée de se rendre à l'évidence. C'est vrai ! Elle aime le professeur de son fils ! Cette découverte l'accable : que va-t-elle faire ?-« Vous en séparer ! » lui conseille René. Mais cette séparation est déjà au-dessus des forces de la jeune femme : jamais elle ne pourra vivre loin de Michel. C’est alors que René se fait connaître à Marie-Thérèse sous un jour ignoré d'elle : lui aussi porte un secret. Elle le croit un viveur impénitent, mais s'il mène une existence de faciles et stupides plaisirs, c'est pour s'étourdir et oublier l'amour profond qu'il a pour Marie-Thérèse depuis qu'il la connaît. Longtemps il a gardé le silence, ne voulant ni la troubler, ni risquer de désunir son ménage. S'il parle aujourd'hui, c'est uniquement pour lui montrer le chemin qu'elle doit suivre. Il faut qu'elle résiste à sa passion. Va-t-elle s'exposer à détruire son foyer, à désespérer son mari ? Va-t-elle surtout persister à vouloir se débarrasser e Claire comme d'une rivale en la mariant au ridicule Monsieur Amadieu ? Après une nuit de cauchemars, Marie-Thérèse retrouve son équilibre. D'ailleurs les vacances se terminent et Michel, inconscient du drame qu'il a failli provoquer, quitte l'hospitalière maison où il a été si heureux. Mais Claire a fixe son cœur et il emporte la promesse qu'un jour elle sera sa femme.

En savoir plus

  • Début du tournage extérieurs le 8 septembre 1942 à Arles.
  • Premier tire: Le Fol été. Appelé aussi selon « Le Film » (12 septembre 1942, N° 48, p.11) Un mois à la campagne.
  • Première réalisation de Pierre Blanchar (« Le Film » 12 septembre 1942, N° 48, p.11).
  • Le film a été tourné aux studios Pathé-Cinéma de Joinville-le-Pont.
  • Sortie à l'Ermitage et au Helder le 17 mars 1943.Not. Fond.).
  • Tirage des laboratoires Pathé-Cinéma.
  • Musique exécutée par l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire.

  • Sortie : 17/03/1943
Date de la publication électronique :04 October 2009
Sources :
  • Bessy, Maurice ; Chirat, Raymond, Histoire du cinéma français, encyclopédie des films, Pygmalion ; Gérard Watelet, 1940 - 1950 ; Kermabon, Jacques (dir.), Pathé Premier Empire du cinéma, Filmographie, Editions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1994 ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation, Jérôme Seydoux-Pathé ; Découpage, générique et liste des dialogues du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Film, N° 48, 12 septembre 1942, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Film, N° 49, 26 septembre 1942, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé