Monsieur des Lourdines  –  Pierre de Hérain  –  1943

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production : France
  • Genre : Drame
  • Durée : 109 min.
  • Production : Société d'exploitation des Etablissements Pathé Cinéma (SEEPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur : Pierre de Hérain
  • Interprètes : Raymond Rouleau (Anthime)
    Germaine Dermoz (Mme des Lourdines)
    Mila Parély (Nelly de Giverny)
    Constant Rémy (M. des Lourdines)
    Jacques Varennes (M. de la Marzelière)
    Jacques Castelot (Stemoff)...
  • Adaptation : André Obey
  • Dialogues : André Obey
  • Directeur de production : Philippe Bouteron
    Darche
  • Directeur de la photographie : Philippe Agostini
  • Chef opérateur : Maurice Pecqueux (second opérateur)
    Blondy (opérateur)...
  • Compositeur de la musique : Marcel Delannoy
    Georges Derveaux (Direction musicale)
  • Monteur : Henriette Wurtzer
  • Chef décorateur : Lucien Aguettand
    Raymond Negre (assistant)...
  • Costumier : Marie-Hélène Dasté

Production

  • Pays de production : France
  • Production : Société d'exploitation des Etablissements Pathé Cinéma (SEEPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Directeur de production : Philippe Bouteron
    Darche

Fiche artistique

  • Réalisateur : Pierre de Hérain
  • Adaptation : André Obey
  • ?uvre de référence : D'après le roman de Alphonse de Chateaubriani, prix Goncourt 1911
  • Dialogues : André Obey
  • Scripte : Gisèle Auboin
  • Interprètes : Raymond Rouleau (Anthime)
    Germaine Dermoz (Mme des Lourdines)
    Mila Parély (Nelly de Giverny)
    Constant Rémy (M. des Lourdines)
    Jacques Varennes (M. de la Marzelière)
    Jacques Castelot (Stemoff)
    Jean Debucourt (le Dr. Lancier)
    Paul Faivre (Célestin)
    Jeanne Fussier Gir (Perrine)
    André Carnège (Maître Paillaud)
    Robert Dhéry (Désiré)
    Janine Clairval (Estelle)
    Madeleine Suffel (Julie)
    Louis Salou (Muller)
    Claude Génia (Sylvie)
    Julien Carette (Albert)
    Jourdan Flibure (Pierre)
    Camille Guérini (Nestor)
    Bonneval
    Albert Broquin
    Maxime Fabert
    Geo Forster
    Jacques Sommet
    Albert Malbert

Fiche technique

  • Directeur de la photo : Philippe Agostini
  • Chef opérateur : Maurice Pecqueux (second opérateur)
    Blondy (opérateur)
  • Compositeur de la musique : Marcel Delannoy
    Georges Derveaux (Direction musicale)
  • Ingénieur du son : Maurice Carrouet
  • Monteur : Henriette Wurtzer
  • Chef décorateur : Lucien Aguettand
    Raymond Negre (assistant)
    J. André (assistant)
  • Costumier : Marie-Hélène Dasté
  • Son : Procédé R. C. A. Phonophone
  • Décors : Vallée de Chevreuse
  • Maquilleur : Bouban
  • Photographe de plateau : Rémy Duval
  • Régisseur : Lucien Denis

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Métrage : long métrage
  • Durée : 109 min.

RÉSUMÉ

Dans leur propriété du petit-Fougeray, en Vendée, vers 1840, Monsieur et Madame des Lourdines mènent une existence très simple. Leur vie est attristée par l'absence de leur fils unique, Anthime, que Madame des Lourdines a outrageusement gâté depuis son enfance et qui les a quittés pour se fixer à Paris. Ses parents avaient espéré qu'il épouserait son amie d'enfance Sylvie, mais, à la saine tendresse de la jeune fille, Anthime préfère les joies frelatées de la vie parisienne. Il s'est passionnément épris d'une demi-mondaine, Nelly, qu'il entretient sur un pied que ses moyens ne lui permettent pas. Pour la garder, Anthime emprunte à un usurier à taux exorbitant.Craignant de ne pas être payé, cet usurier réclame à Monsieur des Lourdines, le montant de son prêt. Sa lettre bouleverse la mélancolique quiétude qui règne au Petit-Fougeray. Voulant éviter à son fils la prison pour dettes, Monsieur de Lourdines vend, à son insu, toutes ses fermes et désintéresse le créancier, mais Madame des Lourdines, qui souffre d'une maladie de c?ur, ne résiste pas à ce coup et meut en trois jours. Anthime appelé au Petit-Fougeray, est obligé de quitter sa maîtresse. Nelly l'aime à sa façon, mais il lui faut soutenir son train de vie et, dès qu'elle apprend la ruine de son amant, elle se résigne en pleurant à lui donner un successeur. Au Petit-Fougeray, où il est arrivé juste à temps pour fermer les yeux de sa mère, Anthime s'ennuie, ne pense qu'à regagner Paris. Il ne comprend ni la bonté, ni la tendresse de son père, pas plus qu'il ne réalise pourquoi Monsieur de Lourdines restreint son train de vie. Il faut que le vieil homme, dans une scène pathétique, lui révèle qu'il s'est ruiné pour payer ses plaisirs et que, désormais, ils devront vivre comme des paysans, pour que le jeune homme comprenne tout le mal que ses parents ont reçu. Anthime fait alors un retour sur lui-même. Léger, viveur et jouisseur, il n'a été séduit que par le clinquant de la vie mondaine. Obligé maintenant de renoncer à ces plaisirs décevants, il trouvera une compression dans la simple tendresse de Sylvie. Il entourera son père de l'affection dont il a, jusqu'alors, privé le vieil homme et comme lui, il puisera dans l'amour de sa terre natale la force de vivre sainement comme ont vécu tous les siens.

En savoir plus

  • Début du tournage le 21 septembre 1942.
  • Tourné dans les studios Pathé-Cinéma, rue Francoeur.
  • Tirages des laboratoires Pathé Cinéma, Joinville-le-Pont.
  • Sortie le 9 juin 1943 au Marivaux et au Marbeuf (Note Fond.)
  • Le thème du drame est celui de l'attachement à la terre des ancêtres. Le Film, N°67.

  • Sortie : 1943-06-09
Date de la publication électronique : 04 octobre 2009
Sources :
  • Bessy, Maurice ; Chirat, Raymond, Histoire du cinéma français, encyclopédie des films, Pygmalion ; Gérard Watelet, 1940 - 1950 ; Pathé Premier Empire du cinéma, Filmographie, Editions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1994 ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Film, N° 67, 19 juin 1943, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Découpage, générique et liste des dialogues du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Film, N° 49, 26 septembre 1942, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.