Le “Sang” d’Allah  –  Luitz-Morat  –  1922

Fiche générale

  • Numéro de film : 8999
  • Genre : Scène dramatique
  • Producteur :Pierre Régnier
  • Production :Les Films Luitz-Morat
    Coureau et Cie
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Luitz-Morat
  • Interprètes : Florica Alexandresco (Yasmina)
    Henri Rollan (Henry Awerson)
    Gaston Modot (Jack Héverley)
    Baron de Saint-Georges (le Sultan)
    Louis Vonely (l’amant)
    Marthe Vinot (Évelyne Héverley)
    Myrha (l’épouse du sultan)
  • Scénario :Luitz-Morat et Alfred Vercourt
  • Directeur de la photographie : Jules Kruger et Laurent

Production

  • Producteur :Pierre Régnier
  • Production :Les Films Luitz-Morat
    Coureau et Cie
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Luitz-Morat
  • Scénario :Luitz-Morat et Alfred Vercourt
  • Interprètes :Florica Alexandresco (Yasmina)
    Henri Rollan (Henry Awerson)
    Gaston Modot (Jack Héverley)
    Baron de Saint-Georges (le Sultan)
    Louis Vonely (l’amant)
    Marthe Vinot (Évelyne Héverley)
    Myrha (l’épouse du sultan)

Fiche technique

  • Photographie :Jules Kruger et Laurent

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 705 m)

RÉSUMÉ

Une troupe de chasseurs européens a établi son campement près de la ville de Tahanzemour où règne le sultan Ahmed Abd El Kalem. Ils sauvent à temps une jeune femme prête à être lapidée par la foule. Ils apprennent qu’il s’agit de la favorite du sultan, Yasmina qui doit être mise à mort suivant les lois du Koran pour avoir forfait à ses devoirs. Une razzia, ordonnée par le Sultan, ne ramène qu’Henry. Yasmina, pour éviter la mort à celui qui a tenté de la sauver, revient. Mais, selon le Koran, le voleur sera pardonné s’il remet lui-même son larçin. Le Sultan ordonne à Henry de tuer Yasmina. Il refuse. Yasmina périt sous la torture. Henry, à l’agonie, sera sauvé par ses amis.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Programme n° 48

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 8 au 14.12.1922

Note : La publicité du Pathé-Programme précisait que le film fut “tourné au Maroc avec une formidable figuration indigène : 18 000 hommes, 5000 cavaliers, 3 000 chameaux, etc.” D’autre part, dans leur livre (voir bibliographie), Maurice-Robert Bataille et Claude Veillot écrivaient à propos de ce film : "“De Mogador à Tazerte, d’Agadir à Azemoun, des campements de nomades au palais du sultan de Marrakech, les caméras de Luitz-Morat furent les premières à emmagasiner des vues de l’Afrique du Nord qui ne devaient rien aux toiles peintes des studios ou aux rochers du Bois de Vincennes et du lac de Saint-Mandé.”"

Présentation corporative : 11.10.1922
Date de la publication électronique :13 October 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004