Âtre (L’)  –  Robert Boudrioz  –  1923

Fiche générale

  • Numéro de film : 8916
  • Genre : Scène dramatique
  • Production : Films Abel Gance
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur : Robert Boudrioz
  • Interprètes : Jacques de Féraudy (Jean)
    Maurice Schutz (le père Larade)
    Robert Donio (le garçon de ferme)
    Renée Tandil (Arlette)
    Charles Vanel (Bernard)
  • Scénario : Alexandre Arnoux
  • Directeur de la photographie : Gaston Brun et Maurice Arnou

Production

  • Production : Films Abel Gance
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur : Robert Boudrioz
  • Scénario : Alexandre Arnoux
  • Interprètes : Jacques de Féraudy (Jean)
    Maurice Schutz (le père Larade)
    Robert Donio (le garçon de ferme)
    Renée Tandil (Arlette)
    Charles Vanel (Bernard)

Fiche technique

  • Photographie : Gaston Brun et Maurice Arnou

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (1 840 m)

RÉSUMÉ

Bernard et Jean sont deux orphelins élevés chez les grands parents les vieux Larade, fermiers en Provence. Un soir, les deux vieux découvrent une autre petite abandonnée, Arlette. Les trois enfants s’élèvent ensemble. Quinze ans passent. Arlette et Jean s’aiment. Bernard, le violent, lui aussi aime Arlette. Il veut partir mais le vieux Larade lui ordonne de rester et c’est Jean qui s’en va. Arlette lui écrit en lui demandant de la délivrer des brutalités de Bernard qui est devenu son mari. Jean, arrivé à la ferme, est blessé à mort par le garçon de ferme. Et, devant cette mort, il n’y a plus de frères ennemis. Avant de mourir, Jean met la main d’Arlette dans celle de Bernard.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Programme n° 1

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 5 au 11.1.1923

Note critique : "“Mais avoir su choisir son scénario n’est pas le seul mérite qu’affirme dans L’tre M. Boudrioz. L’art sobre et sûr, et toujours direct, avec lequel il a su traiter les situations que son scénariste lui avait fournies, la délicatesse avec laquelle il a accumulé les touches qui lui ont permis de tracer les caractères de son personnage et de brosser les fonds sur lesquels ces personnages se détachent, la compréhension et l’utilisation de la nature qu’il a su affirmer d’un bout à l’autre de son œuvre, sont d’un artiste, doué comme bien peu pour le cinéma.”" René Jeanne, "Le Petit Journal", 5.1.1923

Présentation corporative : 15.11.1922
Date de la publication électronique : 13 octobre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004