Notre Dame d’Amour  –  André Hugon  –  1923

Fiche générale

  • Numéro de film : 9027
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Films A. Hugon
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :André Hugon
  • Interprètes : Jean Toulout (Martégas)
    Claude Mérelle (Rosseline)
    Charles de Rochefort (Pastorel)
    Irène Sabel (Zanette)
    Person Dumaine (maître Augias)
  • Scénario :d’après le roman de Jean Aicard (1896)
  • Directeur de la photographie : Karémine Mérobian

Production

  • Production :Films A. Hugon
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :André Hugon
  • Scénario :d’après le roman de Jean Aicard (1896)
  • Interprètes :Jean Toulout (Martégas)
    Claude Mérelle (Rosseline)
    Charles de Rochefort (Pastorel)
    Irène Sabel (Zanette)
    Person Dumaine (maître Augias)

Fiche technique

  • Photographie :Karémine Mérobian

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (2 015 m)

RÉSUMÉ

Martégas “le marrias” vole une nuit les taureaux du fermier Augias son maître. Ce dernier le chasse mais de peur qu’il ne se venge, il envoie sa fille Zanette chercher l’aide du gardian Pastorel surnommé le Roi de la Camargue. Zanette s’arrête en chemin à la chapelle Notre Dame d’Amour pour demander à la Vierge d’être aimée de Pastorel. Pastorel, pour le moment, était épris de Rosseline, une jolie fille peu farouche. Mais le gardian se lasse de Rosseline et, à la ferrade, il offre la cocarde à Zanette. Rosseline, furieuse, se précipite sur la jeune fille qui est défendue par Martégas qui voudrait bien séduire la fille de son ancien maître. Peu après, Pastorel est blessé par Sultan, un fier étalon. Guéri pour la grande ferrade d’Arles, il est agressé par Martégas qui est lui-même tué par un taureau. Et, peu après, Pastorel et Zanette se marient.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Programme n° 4

Sorties : Omnia Pathé, Paris, 26.1 au 1.2.1923 Majestic Cinéma, Marseille, 4 au 10.3.1923

Note critique : "“L’action est pittoresque, entremêlée de chevauchées, de courses de taureaux, de luttes brutales ; les cadres en sont variés et bien mis en valeur par une très belle photographie ; le dénouement en est habilement amené et satisfera les plus exigeants ; enfin l’interprétation en est remarquable.”" René Jeanne, "Le Petit Journal", 26.1.1923

Présentation corporative : 6.12.1922
Date de la publication électronique :13 October 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004