Un bon petit diable  –  René Leprince  –  1923

Fiche générale

  • Numéro de film : 9105
  • Genre : Comédie
  • Production :Pathé Consortium Cinéma
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :René Leprince
  • Interprètes : Jeanne Bérangère (Mme Mac Miche)
    Madeleine Erickson (Betty)
    Jeanne Helbling (Juliette l’aveugle)
    Madyne Coquelet (Marianne)
    Jean Rauzéna (le bon petit diable)
    Charles Lamy (le juge)
    Jules Mondos (Old Nick)
    Jean Salvat (le pion boxeur)...
  • Scénario :d’après le roman de la Comtesse de Ségur (1865)

Production

  • Production :Pathé Consortium Cinéma
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :René Leprince
  • Scénario :d’après le roman de la Comtesse de Ségur (1865)
  • Interprètes :Jeanne Bérangère (Mme Mac Miche)
    Madeleine Erickson (Betty)
    Jeanne Helbling (Juliette l’aveugle)
    Madyne Coquelet (Marianne)
    Jean Rauzéna (le bon petit diable)
    Charles Lamy (le juge)
    Jules Mondos (Old Nick)
    Jean Salvat (le pion boxeur)
    Maurice Cohen (le sourd)
    Kalmès (l’aveugle)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie
  • Métrage : (1 330 m)

RÉSUMÉ

Charles, orphelin de père et de mère avait été recueilli par Mistress Mac Miche. Elle le nourrissait chichement et le maltraitait en toutes occasions. Il se vengeait de temps à autre mais en vain. Son arrière cousine Juliette qui était aveugle vivait dans une maison mitoyenne avec sa sœur Marianne. Juliette donnait à Charles des conseils de résignation mais en vain. Il appris peu après que Mme Mac Miche détenait indûment 50 000 francs que son père lui avait légués. Et comme Mac Miche avait peur des fées et des diables, Charles, avec la complicité de Betty la bonne, cousit sous son kilt des figures du diable frottées de phosphore. Mme Mac Miche résolut alors de se débarrasser de ce suppôt du diable. Elle le mit dans un collège installé dans une prison désaffectée. Mais après quelques scandales, Charles fut renvoyé et remis entre les mains de Mme Mac Miche. Alors Charles se révolta carrément et alla voir le juge de l’endroit qui lui donna raison. Mme Mac Miche fut obligée de restituer les 50 000 francs et, à sa mort, Charles devint l’unique héritier de la vieille mégère.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Programme n° 32

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 10 au 16.8.1923

Présentation corporative : 30.5.1923
Date de la publication électronique :15 octobre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004