Mandrin (4ème épisode : L’Éloge de Mandrin)  –  Henri Fescourt  –  1924

Fiche générale

  • Numéro de film : 9185
  • Genre : Ciné-roman en 8 épisodes
  • Production :Société des Cinéromans
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Henri Fescourt
  • Interprètes : Romuald Joubé (Mandrin)
    Jacqueline Blanc (Nicole Malicet)
    Ahnar (Mme Malicet)
    Jeanne Helbling (Mme de Pompadour)
    Johanna Sutter (Tiennot)
    Andrée Valois (Martine)
    Rahna Marcelle (la Camargo)
    Jane Pierson...
  • Scénario :Arthur Bernède d’après son roman-feuilleton paru dans Le Petit Parisien du 8.2 au 4.4.1924
  • Directeur de la photographie : Willy Faktorovitch
    Karémine Mérobian...
  • Monteur : Jean-Louis Bouquet
  • Chef décorateur : Quenu

Production

  • Production :Société des Cinéromans
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Henri Fescourt
  • Scénario :Arthur Bernède d’après son roman-feuilleton paru dans Le Petit Parisien du 8.2 au 4.4.1924
  • Interprètes :Romuald Joubé (Mandrin)
    Jacqueline Blanc (Nicole Malicet)
    Ahnar (Mme Malicet)
    Jeanne Helbling (Mme de Pompadour)
    Johanna Sutter (Tiennot)
    Andrée Valois (Martine)
    Rahna Marcelle (la Camargo)
    Jane Pierson
    Paul Guidé (Bouret d’Erigny)
    Gilbert Dalleu (de la Morlière)
    Jean Peyrière (Louis XV)
    Bardès (Voltaire)
    Paul Bernier (Carnaval)
    Louis Monfils (de Malicet)
    Hugues de Bagratides (Pistolet)
    Lucien Bataille
    Charles Leclerc (d’Argenson)
    Martel
    Émile de Saint-Ober (Mi-Carême)

Fiche technique

  • Photographie :Willy Faktorovitch
    Karémine Mérobian
    René Gaveau et Jean Bachelet
  • Monteur :Jean-Louis Bouquet
  • Chef décorateur :Quenu
  • Assistant réalisateur :René Barberis

Résumé et notes

  • Genre : Ciné-roman en 8 épisodes
  • Métrage : (1 015 m)

RÉSUMÉ

Mandrin apprend à Nicole que le prêtre qui l’a unie à Bouret d’Erigny n’est autre que lui même et il ajoute qu’ils vont être mariés par un véritable prêtre et dans un château. La cérémonie a lieu en présence de tous les compagnons de Mandrin mais Bouret d’Erigny et Pistolet ayant retrouvé la trace de Mandrin envahissent le repaire. Mandrin, sa femme et toute la bande s’évadent par le souterrain qui abouti en Savoie au château de Voltaire. Voltaire leur fait le plus aimable accueil. On avertit Mandrin que Tiennot est resté entre les mains de Bouret d’Erigny alors Mandrin décide d’aller le délivrer.

En savoir plus

Sujet dans Cinémagazine n° 10, 7.3.1924

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 6 au 13.3.1924

Note critique : “Sous la direction artistique de Louis Nalpas, Fescourt a brossé une suite de tableaux charmants et puissants que l’appareil de prises de vues a gravées en eaux fortes quand l’action évolue au milieu des gorges sauvages du Dauphiné, des pittoresques villages de la vallée du Rhône et en estampes quand l’intrigue se joue dans les somptueuses folies des fermiers généraux… Mandrin c’est Joubé, Joubé c’est Mandrin… ressuscité dirons nous, car l’excellent comédien réincarne par sa fougue et son panache la silhouette du grand contrebandier. Les femmes sont admirablement placées. Jacqueline Blanc est une ingénue tout à la fois candide et charmante et Johanna Suter, artiste originale, porte le travesti à ravir…” Jean Gallois, Le Matin, 18.1.1924

Date de la publication électronique :21 October 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004