Fanfan la tulipe (8ème chapitre : Fontenoy)  –  René Leprince  –  1925

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 944 9
  • Genre : Ciné-roman en 8 chapitres
  • Production : Société des Cinéromans
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur : René Leprince
  • Interprètes : Claude France (Mme de Pompadour)
    Simone Vaudry (Perrette)
    Renée Héribel (Mme Favart)
    Ninon Gilles (Mme van Steinberghe)
    Aimé Simon-Girard (Fanfan la Tulipe)
    Jacques Guilhène (Louis XV)...
  • Scénario : Pierre Gilles publié dans le quotidien Le Matin du 5.10 au 3.12.1925
  • Directeur de la photographie : René Gaveau et Julien Ringel

Production

  • Production : Société des Cinéromans
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur : René Leprince
  • Scénario : Pierre Gilles publié dans le quotidien Le Matin du 5.10 au 3.12.1925
  • Interprètes : Claude France (Mme de Pompadour)
    Simone Vaudry (Perrette)
    Renée Héribel (Mme Favart)
    Ninon Gilles (Mme van Steinberghe)
    Aimé Simon-Girard (Fanfan la Tulipe)
    Jacques Guilhène (Louis XV)
    Alexandre Colas (le maréchal de Saxe)
    Paul Guidé (chevalier de Lurbeck)
    Pierre de Guingand (Marquis d’Aurilly)
    Paul Cervières (Fier-à-Bras)
    Jean Peyrière (M. Favart)
    Mario Nasthasio (Marquis d’Argenson)
    Jean Demerçay (duc de Cumberland)

Fiche technique

  • Photographie : René Gaveau et Julien Ringel
  • Directeur artistique : Louis Nalpas

Résumé et notes

  • Genre : Ciné-roman en 8 chapitres
  • Métrage : (1 101 m)

RÉSUMÉ

Dans ce chapitre, nous assistons à la bataille de Fontenoy. Le maréchal à un moment critique de la bataille ordonne à Fanfan d’avertir le Roi qu’il doit se retirer mais le roi décide de rester. Or, de Lurbeck a pris le commandement d’un détachement de cavalerie anglaise qui s’attaque au Roi de France et à son état-major. Fanfan intervient avec quelques cavaliers. Peu après, la contre attaque des Français les mène à la victoire. Lurbeck est séparé des troupes anglaises alors que Fier à Bras et Mme Favart attendent dans le théâtre abandonné. Lurbeck survient et enlève Mme Favart. A l’entrée d’un village, près du front, un carrosse attend le retour de Lurbeck. Dans ce carrosse se trouve Perrette. Sur le champ de bataille, Fanfan dit au maréchal que le roi veut le voir. Au même moment surgit Fier à Bras qui leur crie la nouvelle de l’enlèvement de Mme Favart. Le maréchal ordonne à Fanfan de la retrouver et lui donne pour cela un peloton. Lurbeck en fuite rencontre les comédiens de la troupe qui assistent stupéfaits et sans pouvoir rien faire à l’enlèvement de leur Directrice mais lorsque Fanfan, Fier à Bras et la troupe arrivent, les comédiens leur indiquent le chemin pris par Lurbeck. Arrivés au carrosse, Fanfan et ses hommes barrent la route aux ravisseurs. Lurbeck alors tire ses pistolets et, menace de tuer les deux femmes si on ne le laisse pas partir. Fanfan alors surgit derrière lui et lui fait lever les bras. Ils se battent et Fanfan tue Lurbeck. Pendant ce temps, le maréchal montre au Roi et au Dauphin les drapeaux pris à l’ennemi. Le roi lui demande alors de lui dire le nom de l’homme qu’il lui avait dépêché. Le maréchal répond que c’est son porte-fanion Fanfan la Rose. Le roi lui dit que cet homme lui a sauvé la vie et qu’il veut le récompenser. Fanfan arrive et le Roi lui dit qu’il lui accorde la faveur qu’il voudra. Fanfan demande la grâce de M. Favart. Alors que Fanfan va voir Fier à Bras à l’hôpital, d’Aurilly l’appelle et lui demande de le pardonner. Plus tard chez d’Argenson, le lieutenant de police, demande à d’Aurilly, Fanfan et Favart s’ils reconnaissent des gens qui sont alors introduits. D’Aurilly et Favart reconnaissent Tardenois. Ce dernier avoue alors où se trouve l’argent de son ancien maître puis sa mise en rapport avec le duc de Cumberland par de Lurbeck, enfin, il fait l’aveu du frère inconnu et où il doit se trouver. Et ainsi Fanfan retrouve son frère.

En savoir plus

Note : Les textes des chapitres sont issus d’un découpage conservé à la BiFi à Paris. Le métrage total et celui des chapitres m’a été aimablement fourni d’après la copie restaurée par la Cinémathèque Française.

Notes critiques : “Questa pellicola deve il suo successo non tanto all’intreccio e agli interpreti, quanto alla superba rievocazione storica del regno di Luigi XV di Francia… A rendere più attraenti certe vedute d’insieme concorre efficamente la colorazione naturale usata con squisito senso dell’armonia.” La Rivista Cinematografica n° 11,1927 (Cité par V. Martinelli)

“Avec une exactitude remarquable, l’excellent metteur en scène René Le Prince a composé les scènes imaginées par Pierre Gilles. Son impeccable technique lui a permis de réaliser des tableaux tour à tour gracieux ou somptueux, bien dans la note du XVIIIe siècle. Le tableau de Fontenoy, par contre, est saisissant de grandeur et d’épique beauté.” Jean Gallois, Le Matin, 17.10.1925

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 4 au 10.12.1925

Date de la publication électronique : 28 octobre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004