Un fils d’Amérique  –  Henri Fescourt  –  1925

Fiche générale

  • Numéro de film : 9363
  • Genre : Comédie dramatique
  • Production :Les Films de France
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Henri Fescourt
  • Interprètes : Marie-Louise Iribe (Dorette Pascaud)
    Alice Tissot (Mme Mouchin)
    Paulette Berger (Flora)
    Gabriel Gabrio (Léon Verton)
    Henri Debain (Robert Pascaud)
    Albert Bras (Pascaud père)
    Guérineau (Guy Latruche)
    Léo Courtois (van Brock)...
  • Scénario :d’après la pièce de Pierre Veber (Théâtre de La Renaissance
    Paris
    29.12.1913)
  • Directeur de la photographie : Raoul Aubourdier et René Guychard
  • Chef décorateur : Quenu

Production

  • Production :Les Films de France
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Henri Fescourt
  • Scénario :d’après la pièce de Pierre Veber (Théâtre de La Renaissance
    Paris
    29.12.1913)
  • Interprètes :Marie-Louise Iribe (Dorette Pascaud)
    Alice Tissot (Mme Mouchin)
    Paulette Berger (Flora)
    Gabriel Gabrio (Léon Verton)
    Henri Debain (Robert Pascaud)
    Albert Bras (Pascaud père)
    Guérineau (Guy Latruche)
    Léo Courtois (van Brock)
    Gilbert Dacheux (le caissier Chabre)
    Émile de Saint-Ober
    Max Bonnet (un malfrat)

Fiche technique

  • Photographie :Raoul Aubourdier et René Guychard
  • Chef décorateur :Quenu
  • Assistant réalisateur :Henri Debain

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique

RÉSUMÉ

Le fils de M. Pascaud est parti de la maison paternelle depuis vingt ans. Le vieux Pascaud dont l’usine de parfum n’est pas brillante a demandé à une agence de retrouver son fils. Un jour, excédé, il décide de porter plainte pour abus de confiance. Affolée, la directrice, Mme Mouchin trouve un subterfuge. Grâce à une artiste de music-hall, Flora qui avait vécu avec le fils Pascaud en Amérique du sud et qui en avait conservé papiers et photo, Mme Mouchin décide un de ses obligé Léon Verton à prendre la place de Robert Pascaud. Verton, après quelques hésitations a accepté. Mais Verton s’est épris de sa “sœur” Dorette fiancée au fils d’un député très laid et surtout très bête. Sur ces entrefaites, Flora arrive avec en mains son acte de mariage avec Robert. Verton, n’en pouvant plus, décide un jour de s’enfuir mais sur le seuil il se heurte à un visiteur qui le salue assez ironiquement. C’est le vrai Robert qui réapparaît ! Et le lendemain, alors qu’un notaire se présentait pour faire signer le contrat de mariage entre le fils Latruche et Dorette, Robert intervient et, faisant monter le notaire à l’étage, il lui fait procéder à l’établissement d’un contrat de mariage entre Léon et Dorette.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Journal n° 36, 6.11.1925 et dans Ciné-Miroir n° 69, 1.3.1925

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 27.11 au 3.12.1925

Note critique : “M. Henri Fescourt a composé d’après cette comédie un film non moins aimable qu’elle. Une fantaisie de bon aloi en a inspiré tous les tableaux principaux et réglé la psychologie des personnages principaux.” Jean Gallois, Le Matin, 27.11.1925

Présentation corporative : 18.2.1925
Date de la publication électronique :30 octobre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004